Il en a ras le bol des « humiliations » de Cyril Hanouna. Comédien professionnel depuis douze ans, le Lillois Greg Allaeys intervient régulièrement dans les collèges du Nord et du Pas-de-Calais pour sensibiliser les jeunes autour de problématiques diverses comme le racisme, le sexisme, la violence ou le harcèlement scolaire. La semaine dernière, il a posté une lettre ouverte sur Facebook à l’animateur de l’émission Touche pas à mon poste, diffusée sur C8. Il y dénonce le mauvais exemple donné aux jeunes.

Extrait de la lettre ouverte postée sur Facebook.
Extrait de la lettre ouverte postée sur Facebook. - Capture d'écran

Pourquoi ce coup de gueule ?

C’est une accumulation de mauvaises expériences qui m’a poussé à fait connaître notre mécontentement. Nous sommes plusieurs comédiens de la compagnie La belle Histoire à travailler régulièrement auprès de jeunes. La semaine dernière, nous étions en immersion dans un collège de la région pour évoquer les ravages du harcèlement. Comme souvent, nous nous sommes entendus dire que c’était pour rire en faisant référence à l’émission de Cyril Hanouna.

Vous considérez que l’émission a une mauvaise influence…

Elle est très regardée. Peut-être n’en a-t-il pas conscience mais Hanouna a des responsabilités sur le comportement de certains jeunes car il banalise l’humiliation. Ça nous pose des problèmes quand on doit lutter contre ce fléau au quotidien sur le terrain. Humilier quelqu’un peut avoir des conséquences dramatiques. Ça peut pousser un élève à se foutre en l’air. Je ne pense pas qu’on puisse rire de ça.

>> A lire aussi : Une députée PS dénonce «l'humour malsain» de Cyril Hanouna

Quels retours vous avez eu après ce message ?

Beaucoup de témoignages de parents pour me remercier et quelques fans d’Hanouna qui m’insultent. Je comprends qu’on ne soit pas d’accord avec moi, mais ce que je souhaitais, c’est ouvrir une discussion sur le sujet. Quel message on envoie aux jeunes en diffusant ce genre d’émission ? On est devant un choix de société. Je suis peut-être utopiste mais je crois qu’on n’est pas obligé de jouer au dur et d’humilier l’autre pour y arriver dans la vie.

Comment se présente votre travail ?

On appelle ça du théâtre d’intervention. Par des petites saynètes, on provoque un effet miroir pour que les collégiens se rendent compte par eux-mêmes des conséquences de certains actes. On s’adapte aux situations. Selon les établissements, le harcèlement ou l’humiliation se développe par rapport aux fringues, à la corpulence ou à la couleur de peau. L’objectif, c’est surtout de libérer la parole face à la peur ou la honte.

Vous utilisez l’humour ?

Bien sûr. J’ai beaucoup travaillé sur l’improvisation et l’humour fait partie du jeu. Mais je ne pense pas avoir le même humour qu’Hanouna. Je préfère rire avec quelqu’un que de rire aux dépens de quelqu’un. C’est très différent.