Parce qu’ils trouvent le simple entretien d’embauche ringard ou parce qu’ils croulent sous les candidatures pertinentes, les recruteurs ne savent plus quoi inventer pour trouver le salarié idéal. Jusqu’où fait-il aller pour décrocher un boulot ? 20 Minutes a déniché quelques exemples édifiants.

En mode agent secret.

Le site de recherche d’emploi L4M a inventé, à Lille, l'«Escape game recrut ». C’est le concept de l’Escape game appliqué aux demandeurs d’emploi. Les candidats sont enfermés dans une pièce et doivent, ensemble, résoudre une énigme en une heure maximum. Ce sont la Caisse d’Epargne et Natixis qui ont inauguré l’idée en mai dernier pour recruter sur des postes à responsabilités.

« Cela permet au recruteur de tester le leadership et la capacité de travailler en équipe des postulants, explique Anne-Sophie Fournier de L4M. Le but est d’observer le comportement des candidats en situation et sous la pression. »

L4M ignore l’importance de cette étape dans le recrutement final, mais son concept a séduit d’autres boîtes. Fin octobre, une session a été organisée pour Lidl et Assotel.

En mode VRP

Dans le Montreuillois (62), l’association Ruralité insertion lance son projet les « Moissons de l’emploi ». Là, ce sont des demandeurs d’emploi qui vont aller frapper aux portes des entreprises pour y récolter leurs besoins en personnel. « Il y aura trois matinées de prospection aux cours desquelles des groupes de deux s’organisent pour démarcher les employeurs potentiels », détaille Amandine Huyghe en charge du projet au sein de l’association.

>> A lire aussi : Cinq idées pour rater à coup sûr votre entretien d’embauche

Les participants doivent être motivés car ils ne seront pas rémunérés pour leur marathon et le défraiement se limitera au repas du midi. « Les participants auront une journée de formation et l’exclusivité des offres récoltées pendant 15 jours », poursuit Amandine Huyghe qui espère un retour à l’emploi de30 % des «moissonneurs» dans les six mois.