Lille: Connecter le baby-foot pour rapprocher les gens

INNOVATION Une entreprise lilloise spécialisée dans le digital a relevé le défi de remettre au goût du jour le traditionnel baby-foot…

Mikael Libert

— 

Sur l'écran, on peut voir les scores en direct.

Sur l'écran, on peut voir les scores en direct. — M.Libert / 20 Minutes

Une pointe de nostalgie teintée de modernité. Ce mercredi, le premier prototype de baby-foot connecté Stella était présenté au salon du commerce connecté Conext, à Lille Grand palais. Une innovation qui pourrait amener les jeunes à lâcher leurs consoles pour faire quelques roulettes.

Un prototype fonctionnel en un mois

« Chiche, on te fait un baby connecté », a lancé Yves Delnatte, co-fondateur d’Ineat Group, à Nicolas Chantry, propriétaire de lamarque de baby-foot Stella. Ça, c’était début septembre. Depuis, les équipes d’Ineat, basées à Euratechnologies, ont bossé comme des dingues pour sortir un prototype fonctionnel un mois plus tard.

Le design de ce modèle est cher aux nostalgiques.
Le design de ce modèle est cher aux nostalgiques. - M.Libert / 20 Minutes

« Ils ont eu carte blanche. Le seul impératif fixé était de ne pas dénaturer l’aspect du produit », explique Nicolas Chantry. Car c’est bien à sa silhouette, inchangée depuis les années 1960, que les fanas du Stella sont attachés. Le défi est plutôt réussi : seule la présence de cinq boutons et de discrets faisceaux laser différencie la version connectée de la version standard.

Fonctions de base et innovations futures

Le logiciel développé permet, entre autres, de créer des équipes, de définir le temps de jeu et d’enregistrer les scores. Relié sans fil à l’électronique du baby, il affiche les buts et même la vitesse de la balle mesurée grâce aux lasers. « Nous allons aussi travailler sur des maillots en led personnalisables, la possibilité de filmer les buts pour faire des ralentis et la création d’un réseau social entre les possesseurs de Stella », précise Léo Segretain, ingénieur chez Ineat.

>> A lire aussi : Un baby-foot connecté à disposition des voyageurs en gare de Nantes

« Le baby-foot, c’est un outil pour créer du lien. Mais il fallait le moderniser pour attirer les jeunes et leur faire lâcher leurs consoles de jeux », reconnaît le patron de Stella. Si aucune date de commercialisation n’est avancée, Nicolas Chantry affirme que « ça va aller vite » et que le coût sera modéré par rapport aux modèles traditionnels qui oscillent déjà entre 1.000 à 2.000 euros.