Lille: Ils veulent masquer la publicité avec de l'art

SOCIETE Un collectif antipub proteste contre la bâche publicitaire géante du Palais des Beaux-Arts en inversant le procédé…

Gilles Durand

— 

L'art s'affiche sur la pub pour protester contre la pub qui s'affiche sur l'art, selon la formule du collectif Résistance à l'agression publicitaire.

L'art s'affiche sur la pub pour protester contre la pub qui s'affiche sur l'art, selon la formule du collectif Résistance à l'agression publicitaire. — R.A.P.

Ils appellent ça « la riposte de l’art ». Le week-end dernier, des militants antipub ont voulu transformer une vingtaine de panneaux publicitaires lillois en œuvres d’art, en y accrochant des tableaux. Par ce geste, ils entendaient protester contre l’immense bâche publicitaire qui, selon eux, « défigure » le Palais des Beaux-Arts de Lille depuis le début du mois de septembre.

A Lille, le 20 septembre 2016 - Une affiche publicitaire géante deployee sur le Palais des Beaux-Arts depuis le debut du mois de septembre 2016.
A Lille, le 20 septembre 2016 - Une affiche publicitaire géante deployee sur le Palais des Beaux-Arts depuis le debut du mois de septembre 2016. - G. Durand / 20 Minutes

« Une offense au patrimoine »

« Quel symbole la mairie a-t-elle voulu donner à la Journée du patrimoine en affichant cette pub géante ? Cette intrusion constitue à la fois une offense au patrimoine, à la culture, mais aussi à nos regards. On ne peut pas laisser faire ça », déplore Fabien Delecroix, coordonnateur du collectif Résistance à l’agression publicitaire (RAP).

Par ailleurs, ce collectif, créé il y a un an et demi, assure avoir envoyé deux lettres ouvertes. « La première à la maire de Lille pour qu’elle revienne sur cette décision et la seconde à la ministre de la Culture pour l’appeler à changer la loi qui permet l’installation de ces publicités gigantesques sur les monuments historiques », précise Fabien Delecroix.

D’autres actions en prévision

« C’est une bâche qui n’est là que pour un mois et qui offre à la ville 25.000 euros de recettes supplémentaires », se défendait le cabinet de Martine Aubry dans La Voix du Nord. Alors que la ville espérait en retirer entre 400.000 et 900.000 pour financer une partie du chantier de rénovation du Palais des Beaux-Arts, estimé à 8 millions d’euros.

>> A lire aussi : Une déboulonneuse placée en garde à vue

Contrairement aux Déboulonneurs avec qui le collectif partage le même objectif, à savoir réduire la publicité dans l’espace public, « la RAP utilise d’autres méthodes », rappelle Fabien Delecroix qui ne prône pas « la désobéissance civile ». De futures actions sont, par ailleurs, prévues.

Mots-clés :