La recherche d’un logement étudiant est la suite logique des (bons) résultats du Bac. Ce mardi 5 juillet, les nouveaux bacheliers vont donc s’orienter vers une nouvelle mission (partagée avec les étudiants qui changent de fac) : Trouver un toit dans leur prochaine ville d’adoption.

>> A lire aussi : Le bac? Ce sont les parents qui angoissent le plus

Le site Muchroom.com, de la start-up nordiste Izyloc, installée dans le parc BlancheMaille by Euratecnologies, à Roubaix, leur donne la possibilité de repérer et de louer la perle rare depuis leur ville d’origine, sans risquer le voyage à vide dans une ville inconnue. Le fonctionnement s’inspire clairement d' Airbnb, mais pour des locations longue durée.

« Rassurer » propriétaire et locataire en facilitant leurs échanges

Le site se définit comme un « réseau social » car les étudiants inscrits peuvent correspondre entre eux, et en direct avec les propriétaires. Mieux : Le descriptif de chaque location est vérifié par des étudiants eux-mêmes. Ces « ambassadeurs », présents dans onze villes de France (dont Lille et Paris) se déplacent dans les logements pour y prendre les photos qui illustreront l’annonce.

Parallèlement, propriétaire et locataires sont invités, comme sur Airbnb, à renseigner un profil détaillé sur leurs goûts, leur mode de vie… « Le but, c’est que les deux parties soient rassurées avant de conclure une location », explique le patron et co-fondateur de Muchroom, Édouard Duforest.

Un « package » de services

Édouard Duforest, qui se rémunère avec une commission équivalant à 15 % du montant du premier loyer, est persuadé d’accompagner une tendance lourde à la mobilité étudiante version « Erasmus » : « Environ 70 % des locations sont conclues par des étudiants étrangers ».

Mais le site va plus loin : Grâce à son offre de location de meubles, l’étudiant distant peut transformer un logement vide en meublé, en quelques clics (à partir de 29,90 euros par mois), et sans s’occuper de l’installation. « C’est vrai que pour ceux qui viennent de loin, le meublé est une solution très attirante », remarque-t-on au centre information jeunesse de Lille.

« On veut fournir un “package” [un regroupement de services] », explique Édouard Duforest, qui espère inclure bientôt, en option, une offre d’assurance, une box Internet, etc..

Montée en puissance programmée

A Lille, plus de 200 annonces de logement sont disponibles sur Muchroom.com (dont les deux-tiers en colocation), 500 au niveau national. Mais Édouard Duforest assure qu’il devrait rapidement monter à 15.000 annonces, grâce à un partenariat avec des résidences étudiantes.

Une dizaine de recrutements en CDI (marketing, informatique) sont d’ailleurs prévus à partir de la rentrée de septembre. Et le développement à l’international est prévu « d’ici 2 à 3 ans ».