Un canari qui plante du cannabis, pourquoi pas ?
Un canari qui plante du cannabis, pourquoi pas ? - L.Jones/Shutterstock/SIPA

Quand « vous avez le droit de garder le silence » prend tout son sens. C’est sans doute ce qu’aurait dû faire un prévenu qui comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Arras pour usage de stupéfiants. La Voix du Nord révèle que l’excuse fournie par l’homme n’a pas du tout convaincu la présidente du tribunal.

Dans le courant de la semaine dernière, deux hommes de 59 et 32 ans se sont retrouvés à la barre du tribunal correctionnel d’Arras. Le plus âgé, qui devait répondre d’une énième accusation d’usage de stupéfiants, a été condamné à quatre mois de prison dont trois suite à la révocation d’un sursis qui lui pendait au nez.

Canari cultivateur

L’autre accusé comparaissait aussi pour usage de stupéfiants et détention d’une arme non déclarée. Pas de quoi fouetter un chat en somme, sauf que l’individu, sans avocat, a tenté de se défendre lui-même. Mauvaise idée. Pour expliquer la présence de pieds de cannabis au domicile de sa mère, le trentenaire a tenté de faire gober à la présidente que c’est le canari maternel qui a "planté" les graines tout seul comme un grand à côté de sa cage.

Bien entendu, le tribunal n’a pas cru un traître mot de cette version hasardeuse de canari cultivateur de cannabis. Pour la détention d’arme et l’usage de stupéfiants, le prévenu a écopé de trois mois de prison avec sursis.

Mots-clés :