Jacques Danzin, conseiller régional (FN) de Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Jacques Danzin, conseiller régional (FN) de Nord-Pas-de-Calais-Picardie - Conseil régional NPDCP

« “Négro” n’est pas un mot courant, donc “Niakoué” ne doit pas l’être non plus ». Gérald Darmanin n’en démord pas. Le vice-président du conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en charge de la Communication, envisage toujours de porter plainte à l’encontre de Jacques Danzin.

Lors de la séance du 28 janvier, alors que l’horloge indiquait 21h40, l’élu frontiste lillois s’était plaint du manque de considération de l’exécutif à l’égard des interventions du FN, en usant d’un terme jugé « raciste » par Gérald Darmanin (LR) : « Si je comprends bien Mr Darmanin, vous savez tout et nous ne sommes que des Niakoués ».

L’élu frontiste serait attaqué par l’institution dont il est membre

« Ce n’est pas un terme acceptable, c’est pourquoi le président l’a fait répéter… Et il l’a répété », rappelle Gérald Darmanin. « Vous savez ce que ça veut dire “niakoué” ? Eh bien vous irez voir », avait insisté Jacques Danzin devant l’étonnement de Xavier Bertrand.

« Nous sommes donc en train d’examiner, avec les services juridiques de la région, comment nous pourrions attaquer cette déclaration. » C’est donc, le cas échéant, l’institution elle-même qui attaquerait le conseiller régional Jacques Danzin

L’affaire semble toutefois compliquée par le fait que Jacques Danzin n’utilisait pas le mot pour injurier son interlocuteur. « Le propos est honteux, mais il se retourne sur lui-même », soupire Gérald Darmanin.

« Niakoué », tiré du Vietnamien Nhà quê ne figure ni dans le Larousse de la langue française, ni dans le Robert, ni dans le dictionnaire de l’Académie française. Mais l’encyclopédie en ligne Wikipedia précise que le terme, déjà péjoratif en Vietnamien (où il désigne le péquenaud), est considéré comme injurieux en Français.

« Vous avez montré la haine, je sais pourquoi je combats l’extrême droite », a conclu Xavier Bertrand en fin de séance. Si une procédure était ouverte pour « provocation non-publique à la discrimination, à la haine (…) à l’égard (…) d’un groupe de personnes à raison de leur origine (…), vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée », Jacques Danzin risquerait une amende pouvant atteindre 1.500 euros.

Mots-clés :