Lens, le 3 avril 2011. Match comptant pour la 29me journŽe du championnat de Ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) ˆ l'Olympique de Marseille (OM) au stade FŽlix Bollaert. Ici un fumigne dans la tribune des supporters lensois.
Lens, le 3 avril 2011. Match comptant pour la 29me journŽe du championnat de Ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) ˆ l'Olympique de Marseille (OM) au stade FŽlix Bollaert. Ici un fumigne dans la tribune des supporters lensois. - M.Libert/20 Minutes

De toute façon, ils ne pourront rien faire. Leurs abonnements désactivés par le club, les membres des Red Tigers ne pourront pas assister au match de Lens contre Brest ce mardi soir au stade Bollaert. Une mesure prise par les dirigeants du Racing après les incidents qui ont opposé samedi au Havre les forces de l’ordre aux supporters du club artésien.

Pour justifier cette décision, Gervais Martel, le président lensois, assure avoir répondu aux exigences de la Ligue de Football Professionnel (LFP). Cette dernière réclamait même la fermeture de la totalité de la tribune Marek, sauf si les 400 membres des Red Tigers étaient privés d’accès au stade. Le président du Racing a donc opté pour la seconde solution.

« C’est de la discrimination et c’est interdit », estime un avocat

Problème : il n’est pas sûr que légalement cette décision pouvait être prise. « On ne peut pas interdire tous les membres d’une association pour des faits commis par une partie de ses membres. C’est une sanction collective pour des faits individuels. C’est de la discrimination et c’est interdit », assure l’avocat Pierre Barthélemy, spécialiste du mouvement ultra.

Des tournevis en Marek ?

« Dans les textes, il y a trois possibilités d’interdire quelqu’un dans un stade : l’interdiction judiciaire par un juge, l’interdiction administrative par un préfet et l’interdiction par le club pour une personne qui refuse de se soumettre au règlement intérieur du stade », poursuit l’avocat.

C’est sur ce dernier point que le RC Lens s’est basé. Selon le club, les supporters auraient déjà fait entrer des tournevis en tribunes pour démonter les grilles. Suffisant pour leur interdire l’accès à Bollaert. Sauf que les supporters ont démenti ces accusations. Le club a préféré trancher dans le vif, mais légalement, les Red Tigers pourraient attaquer cette décision en justice.

 

Mots-clés :