Calais: Un député LR réclame le démantèlement de la «Jungle»

MIGRANTS Eric Ciotti ne mâche pas ses mots après trois jours d’incidents aux abords du camp de migrants…

M.L. avec AFP

— 

Eric Ciotti lors d'un meeting du parti Les Républicains (LR), le 3 novembre à Paris.

Eric Ciotti lors d'un meeting du parti Les Républicains (LR), le 3 novembre à Paris. — SIPA

Coup de gueule. Mercredi, Eric Ciotti, député Les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes, a dénoncé « le renoncement du gouvernement à imposer l’autorité de l’Etat » dans la « jungle » à Calais. Sa réaction intervient après les heurts qui ont opposé des migrants aux forces de l’ordre pour la 3e nuit consécutive près du camp.

«Risque d'une guérilla qui s’installe»

« Le risque est désormais celui d’une guérilla qui s’installe progressivement dans cette zone de non-droit, exposant directement les forces de l’ordre, contraintes de contenir une foule qui aspire à rejoindre l’Angleterre », écrit Eric Ciotti dans un communiqué.

« Devant ces troubles persistants, je constate et déplore le renoncement du Gouvernement à imposer l’autorité de l’État, dans une zone d’installation clandestine de migrants, sans droit ni titre », poursuit-il. Selon lui, « l’évacuation et le démantèlement du campement de clandestins de Calais (…) sont devenus indispensables ».

Des propos irresponsables pour Urvoas

En réponse, le député PS Jean-Jacques Urvoas a dénoncé l'« irresponsabilité » d’Eric Ciotti « parce que le gouvernement, dans un contexte de crise migratoire exceptionnelle, agit avec maîtrise et déploie des solutions concrètes, sur le plan de la sécurité comme sur le plan humanitaire ».

Eric Ciotti propose « de disperser les migrants sans maîtrise et sans se préoccuper des conséquences humanitaires ou sécuritaires qui en résulteraient. Comme si démanteler Calais allait effacer l’existence de ces personnes », a écrit le socialiste dans un communiqué.

Mots-clés :