Plus on est, moins c’est cher. La commune de Petite-Forêt a signé, jeudi, une convention avec la société nordiste Place des énergies pour proposer aux habitants l’achat groupé de gaz et d’électricité. Une première en France.

En 2014, le Centre communal d’action sociale (CCAS) de Petite-Forêt avait diligenté une étude qui a mis en évidence les difficultés rencontrées par certains ménages pour payer leurs factures énergétiques. « La démarche de Places des énergies tombait plutôt bien », reconnaît Jean-Marcel Patin, directeur de cabinet du maire.

Courtier en énergie

Fondée en 2013 par le Valenciennois Olivier Tainmont, Place des énergies, basée à Denain, fonctionne comme un courtier : « C’est un peu la loi de l’offre et la demande inversée, explique le fondateur. Plus de personnes se montrent intéressées, mieux nous pouvont négocier les prix avec les fournisseurs ».

Depuis mercredi, une plateforme Web dédiée a été mise en service pour permettre aux Franc-Forésiens de s'informer et de s'inscrire. Dans trois semaines, les personnes inscrites recevront une offre qu'elles seront libres d’accepter ou non.

Une baisse de 15% maximum

Place des énergies affirme que l’on peut espérer une baisse de ses factures de 15 % maximum. Mais « il faut qu’au moins 30 % des habitants se montrent intéressés pour que l’on puisse négocier correctement, poursuit Olivier Tainmont. Pour Petite-Forêt, on espère toucher 600 des 2.000 foyers de la commune ». Pour l’électricité, « comme la tendance est à la hausse, nous essayons d’obtenir des tarifs bloqués ».

Pour le gaz, c’est l’inverse : « les prix sont indexés sur le cours de la matière première qui, depuis deux ans, baisse », déclare le président de Place des énergies. Mais si le cours augmente, la facture aussi.

Cela ne coûte rien à la municipalité ni aux habitants

La convention, signée jeudi, permet à la mairie d’assurer ses arrières : « Cela ne va rien coûter. Ni à la municipalité, ni aux habitants », affirme Jean-Marcel Patin. « Il n’y a pas de frais d’entrée ou de sortie. Pas de durée d’engagement et ce sont les fournisseurs d’énergie qui nous rémunèrent », confirme Olivier Tainmont.

Mieux, Place des énergies s’est engagée à reverser 10 % de ses revenus au CCAS de la commune pour mener des actions de solidarité. D’autres villes de la région, notamment Bergues, se sont déjà montées intéressées par cette démarche.

Mots-clés :