«Mon livre est un appel pour agir contre les mauvais professeurs»

INTERVIEW Stéphane Furina, qui enseigne dans  un établissement du Nord, publie un roman autobiographique dans lequel il dénonce le comportement de certains de ses collègues...

Propos recueillis par Mikael Libert

— 

Stéphane Furina, auteur du livre «Pires que les élèves».

Stéphane Furina, auteur du livre «Pires que les élèves». — Pôle Nord éditions

Un Corse brise l'omerta. Stéphane Furina, professeur d'anglais dans un collège de Wormouth, près de Dunkerque, vient de publier Pires que les élèves (1). Dans ce roman autobiographique, l'enseignant balance. Victime de la malveillance de ses profs quand il était collégien, témoin de celle de ses pairs une fois son concours en poche, Stéphane Furina ouvre la boîte de Pandore et révèle que, oui, les profs sont parfois pires que les élèves.

Faites-nous le pitch de votre roman...

C'est l'histoire de Victor, souffre-douleur de ses camarades et de ses professeurs quand il était collégien, qui parvient à franchir la barrière et à devenir enseignant. D'abord victime, Victor devient observateur critique du comportement de certains professeurs envers leurs élèves et leurs collègues.

Pourquoi avoir écrit ce livre?

Tout ce qu'il y a dans ces pages, ce sont des choses que j'ai vécues, en tant qu'élève ou comme prof. Les coups, les insultes, le mépris... Il fallait lever ce tabou: les profs ne sont pas irréprochables, même s'il s'agit d'une minorité.

Justement, si c'est une minorité, ça valait un livre entier?

Ecrire, c'était d'abord une thérapie pour moi. Et puis d'autres minorités font l'objet de livres, comme les meurtriers ou les millionnaires.

Néanmoins, on a l'impression que vous généralisez sur les profs et sur l'Education nationale.

Je voulais vraiment dénoncer les comportements malveillants, donc je mets en effet l'accent sur les profs qui m'ont pourri la vie et qui pourrissent encore la vie de nombreux élèves.

S'agit-il d'une revanche personnelle?

Ma revanche, je l'ai eue en 2003, quand j'ai réussi mon concours. Parce que mes profs m'ont toujours dit que j'étais nul et que je raterais ma vie. Ce livre est un appel pour agir contre ces mauvais professeurs.

Comment vos collègues ont appréhendé votre livre?

Certains l'ont très mal pris, ils avaient peut-être l'impression que ça parlait d'eux. Quand on n’a rien à se reprocher, on ne se sent pas visé.

(1) Pires que les élèves aux éditions Pôle Nord, 16,15 euros (prix indicatif).