Nord: Du déchet à l'objet, ils ont la solution

ENVIRONNEMENT Deux sociétés nordistes s'associent pour pour créer un cercle vertueux du recyclage…

Mikael Libert

— 

Un centre de tri de déchets ménagers.

Un centre de tri de déchets ménagers. — Alix Sipa Press

C'est un mariage d'amour et de raison. Le spécialiste de la valorisation des déchets, Néo-Eco vient de s'allier au groupe Baudelet, spécialiste de la collecte. Le rapprochement crée une offre unique en France de maîtrise du recyclage sur toute la chaîne: de la collecte des déchets jusqu'à leur valorisation en écoproduits.

>> Lire ici ce que l'entreprise va faire des déchets

Une solution clés en main

«Nous avions la logistique, déclare Bernard Poissonnier, le directeur général de Baudelet, il nous manquait la matière grise.» Le but de cette association est de proposer aux entreprises et aux collectivités une solution «clé en mains» pour le traitement de leurs déchets.

En gros, Baudelet et ses 270 salariés assurent collecte et tri. Les ingénieurs de Néo-Eco se chargent de trouver le moyen de transformer ces déchets en éco produits. C'est de l'économie circulaire. «Par exemple, explique Christophe Deboffe de Néo-Eco, avec des déchets de PVC et de bois nous avons conçu un plan de travail de cuisine pour une grande enseigne de bricolage.»

Et le marché peut être juteux, car les déchets ne manquent pas, et les réglementations poussent les entreprises vers toujours davantage de recyclage. «Nous visons deux types de clients, confie Bernard Poissonnier. Les producteurs de déchets obligés de recycler, et les entreprises qui veulent surfer sur la vague des éco-produits et du développement durable.»

L'enjeu des gisements de déchets

Chez Baudelet, on reconnaît que la conception d'éco produits correspond encore à un marché de niche. Cependant, il s'agit aussi d'un placement pour le futur: «Le prix des matières premières augmente et continuera d'augmenter», certifie Christophe Deboffe. Ainsi, il y a un véritable enjeu autour du contrôle des «gisements de déchets» auquel Baudelet répond en nouant des «partenariats à long terme».

Mots-clés :