Pologne: Le chef d'un parti anticlérical veut faire retirer un crucifix du Parlement

Mis à jour le 14.10.11 à 08h25

Janusz Palikot, chef d'un nouveau parti libéral et anticlérical, a réclamé jeudi le retrait d'un crucifix en bois du Parlement polonais, mais il s'est attiré une réaction glaciale du Premier ministre comme du principal parti d'opposition conservateur.

Cet ancien magnat de la vodka, dont le parti - le Mouvement de Palikot - est devenu la troisième force politique de Pologne à l'issue des élections de dimanche, milite pour le retrait de la croix dans le cadre d'une campagne destinée à réduire l'influence de l'Eglise catholique. «Nous respectons le caractère religieux de la croix. C'est pour cela qu'on ne devrait pas l'impliquer dans des querelles d'ordre politique et qu'elle ne devrait pas être accrochée au Parlement», a déclaré Janusz Palikot.

Le Premier ministre s'y oppose

Le parti de Janusz Palikot a ulcéré les Polonais conservateurs en militant pour l'avortement, les droits des homosexuels et la légalisation du cannabis. Parmi ses 40 députés fraîchement élus figurent le premier transsexuel et le premier homosexuel déclaré de la Diète (chambre basse).

Le Premier ministre Donald Tusk, qui a obtenu un second mandat consécutif de quatre ans avec le soutien de sa Plate-forme civique (PO, droite libérale), a condamné sans ménagement les propos de Palikot, ancien député de la PO. «En débutant au Parlement par une guerre sur la croix, ils tournent en dérision leurs appels en faveur d'un pays fraternel», a déclaré Tusk.

Avec Reuters
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr