Kirghizstan: L'ex-président Bakiev condamné à 24 ans de prison par contumace

Mis à jour le 12.02.13 à 14h42

L'ex-président kirghiz Kourmanbek Bakiev a été condamné mardi par contumace à 24 ans de prison pour abus de pouvoir et son frère Janych à la perpétuité dans l'affaire du meurtre en 2009 d'un haut responsable surnommé «l'éminence grise» de la nation.

Kourmanbek et Janych Bakiev, qui ont fui le pays après un soulèvement populaire au printemps 2010, étaient jugés dans un procès à huis clos par un tribunal militaire de Bichkek pour leur implication dans le meurtre de l'ancien chef de l'administration présidentielle kirghize, Medet Sadyrkoulov.

Kourmanbek Bakiev, arrivé à la tête de l'Etat en 2005, a été reconnu coupable d'abus de pouvoir, a indiqué le service de presse de la Cour suprême de cette ex-république soviétique d'Asie centrale.

Son frère coupable de meurtres

Son frère Janych, qui était alors le chef des services de la sécurité d'Etat, a lui été reconnu coupable de meurtres. L'ancien chef de l'administration présidentielle avait été tué en mars 2009 dans un accident de voiture, selon les responsables de l'administration de M. Bakiev, mais l'opposition avait alors dénoncé un meurtre commis par des hommes de l'entourage présidentiel.

Le corps de Medet Sadyrkoulov et ceux de deux autres occupants de la voiture avaient été retrouvés carbonisés dans un véhicule sur la route d'Almaty (Kazakhstan) au Kirghizstan.

Un ancien vice-Premier ministre qui s'était alors rapproché de l'opposition avait affirmé que les trois hommes avaient été assassinés et que leurs corps avaient été amenés sur les lieux pour accréditer la thèse d'un accident de la route.

Un paquet avec une oreille et un doigt coupés

Après le soulèvement populaire d'avril 2010, l'enquête sur le meurtre de Medet Sadyrkoulov avait été relancée.

Elle a établi que l'«éminence grise», qui avait démissionné quelques mois auparavant de son poste de chef de l'administration présidentielle, avait été torturée par Janych Bakiev, avant que son corps ne soit retrouvé calciné. Il revenait du Kazakhstan d'où il avait collecté des millions de dollars en vue de financer un soulèvement contre le régime de Janych Bakiev, selon l'enquête. L'argent n'a jamais été retrouvé.

Medet Sadyrkoulov s'était plaint de tentatives d'intimidation et avait notamment raconté avoir reçu un paquet avec une oreille et un doigt coupés.

Des dizaines de morts pendant la révolte

Kourmanbek et Janych Bakiev se sont réfugiés au Bélarus après la révolution du printemps 2010. Minsk a jusqu'ici refusé de les extrader à la demande des nouvelles autorités kirghizes.

Plusieurs responsables de la sécurité de l'ère Bakiev ont été condamnés en 2012 pour leur implication dans l'affaire Sadyrkoulov.

L'ex-président Bakiev a également été inculpé de meurtres pendant la révolte sanglante de 2010 qui a fait des dizaines de morts.

Avec AFP
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr