« C’est une affaire hors-norme ». Depuis plusieurs mois, le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre et ses équipes planchent sur l’achat de quatre villas du Cap d’Antibes par Souleïman Kerimov.

Le milliardaire et sénateur russe a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. « Entre 500 et 750 millions d’euros sont entrés en France », a précisé le procureur ce lundi. Des montants qui ont passé la frontière clandestinement et qui devaient être blanchis grâce à l’achat de villas sous un prête-nom et pour des montants sous-déclarés.

>> A lire aussi : Nice: Le milliardaire russe Kerimov a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

« A l’occasion des investigations, il a été constaté des allées et venues de personnes dans une villa du cap d’Antibes, raconte Jean-Michel Prêtre. Ce n’était pas un trafic de stupéfiants mais d’argent. » En 2014, une enquête est initiée qui s'est conclue par l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet. Aujourd’hui, une douzaine de personnes sont mises en examen, dont le milliardaire russe Souleïman Kerimov.

Du cash et des virements

« Les villas, on n’en a rien à faire. Le but de l’opération, c’est le blanchiment de l’argent illicite, précise le procureur de la République. Il a oublié de déclarer des millions d’euros qu’il a entrés en France. Ce n’est pas que du cash. Il y avait aussi des virements. » Le tout entré en France dans des valises.

Avec l’obtention de nombreux documents, la justice a pu démontrer qu’il y a eu des entrées clandestines d’argent en France « à des niveaux considérables qui servent à financer l’acquisition d’immeubles pour des sommes officielles qui sont ridiculement faibles par rapport à la réalité du montant des transactions », pointe Jean-Michel Prêtre. L’une des villas a, par exemple, été acquise officiellement pour 37 millions d’euros alors qu’elle avait été offerte à la vente à 150 millions d’euros par ses anciens propriétaires. Des dizaines de millions d’euros en argent en liquide et des commissions, à hauteur de cinq millions d’euros, venaient s’ajouter au prix des biens.