Filière djihadiste orléanaise: De 6 à 9 ans de prison pour les neuf prévenus

PROCES Les prévenus, âgés de 22 à 33 ans, ont été déclarés coupable d’association de malfaiteurs à visée terroriste

20 Minutes avec AFP

— 

Un palais de justice (illustration).

Un palais de justice (illustration). — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Neuf jeunes hommes originaires de la région d'Orléans ont été condamnés jeudi à Paris à des peines allant de 6 à 9 ans de prison pour leur participation à une filière djihadiste vers la Syrie.

>> A lire aussi : Le procès d'une filière djihadiste orléanaise s'ouvre ce mercredi à Paris

Les prévenus, âgés de 22 à 33 ans, ont été déclarés coupable d’association de malfaiteurs à visée terroriste. Ils appartenaient à un groupe composé d’une vingtaine de jeunes partis en Syrie en 2012, pour quelques précurseurs, et 2013 et 2014, pour le gros des troupes. Ils avaient été interpellés successivement après leur retour en France. Ils comparaissaient tous détenus, certains étant en détention provisoire depuis 3 ans. Sept d’entre eux étaient jugés pour avoir suivi en Syrie des entraînements, montés des gardes armées, ou combattu - un seul a reconnu avoir pris part aux combats.

« On s’est tous trompés, on a fait une erreur »

Mohamed Benouargla, 28 ans, qui a effectué plusieurs séjours en Syrie, dès 2012, puis en 2013 et 2014, et chez qui avaient été retrouvées des carabines et des munitions, enterrées dans une jardinière, a été condamné à 9 ans de prison, avec une période de sûreté des deux tiers.

>> A lire aussi : Attentat déjoué à Orléans: Que sait-on du projet terroriste visant les forces de l’ordre?

Sadio Koundio, 27 ans, a été condamné à la même peine. « J’ai toujours aimé la France, ce pays qui a accueilli mes parents », a-t-il déclaré avant que le tribunal ne se retire pour délibérer. Il a affirmé qu’il n’avait pas voulu rejoindre un groupe terroriste. « On s’est tous trompés, on a fait une erreur », a-t-il reconnu. Mohamed Mazouz, 33 ans, qui tenait un kebab jouxtant une mosquée où se retrouvaient les prévenus, a été condamné à 7 ans de prison, avec une période de sûreté de deux tiers.

Dix hommes du groupe sont toujours sur place ou présumés morts

Le parquet avait requis mercredi jusqu’à 10 ans de prison. Il s’agissait « d’une véritable filière ayant pour but d’acheminer des candidats au djihad armé de la région orléanaise vers la Syrie », avait résumé la procureur dans son réquisitoire. Ils ont rejoint le groupe de l'«Armée de Mahomet», proche du Front Al-Nosra, allié à Al-Qaïda.

>> A lire aussi : Le grand malaise diplomatique autour du sort des familles de djihadistes français détenues en Irak

Ces jeunes hommes aux profils variés fréquentaient la mosquée des Carmes, à Orléans, et des réunions en marge de cet établissement autour d’un prédicateur, Mohamed Fakouli, expulsé depuis vers le Maroc. Dix hommes du groupe sont toujours sur place ou présumés morts. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt.