Déraillement d'un TGV en Alsace: La SNCF, convoquée le 20 décembre, pourrait être mise en examen

ENQUETE L’accident avait fait 11 morts et 42 blessés le 14 novembre 2015 à Eckwersheim dans le Bas-Rhin…

H. B.

— 

La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est.

La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est. — G. Varela / 20 Minutes

Du nouveau dans l’enquête sur le déraillement du TGV-Est qui avait fait 11 morts en 2015 en Alsace. La SNCF est convoquée le 20 décembre, en vue d’une possible mise en examen, dans le cadre de l’enquête sur cet accident qui s’est produit à Eckwersheim (Bas-Rhin), indiquent Libération et France info.

Le parquet de Paris a communiqué, fin octobre, les conclusions définitives de l’enquête judiciaire aux familles et aux victimes de l’accident. Elles pointent du doigt la responsabilité de la SNCF et de sa filiale Systra, chargée des essais.

Vitesse excessive et erreurs de préparation

Outre la vitesse excessive et des erreurs de préparation déjà mises en avant dans d’autres rapports, les experts judiciaires avaient notamment souligné un « manque d’expérience et de formation » du personnel en matière d’essais, selon des sources proches du dossier.

>> A lire aussi : La SNCF et sa filiale Systra reconnues responsables deux ans après

Le 14 novembre 2015, cet accident mortel, le premier dans l’histoire du TGV, avait fait 11 morts et 42 blessés lors d’un essai sur le nouveau tronçon Paris-Strasbourg. A bord se trouvaient 53 personnes : des salariés présents pour raisons professionnelles mais aussi des invités, dont deux sont décédés. La rame circulait à 265 km/h à l’entrée de la courbe située en amont de l’accident pour une vitesse prévue de 176 km/h.