VIDEO. Affaire Tariq Ramadan: La seconde plaignante entendue pendant six heures par les enquêteurs

ENQUETE La quadragénaire est revenue sur les faits qui se seraient déroulés en 2009 à Lyon...

C. Ape.

— 

Tariq Ramadan lors d'une conférence à Bordeaux en mars 2016.

Tariq Ramadan lors d'une conférence à Bordeaux en mars 2016. — UGO AMEZ/SIPA

Les enquêteurs ont entendu mercredi la deuxième femme qui accuse Tariq Ramadan de « viol », rapporte ce jeudi Europe 1. L'audition, menée dans le cadre de l'enquête ouverte pour « viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort », a duré près de six heures, poursuit la radio sur son site internet. 

La quadragénaire, qui souhaite rester anonyme, est revenue sur les faits qui se seraient déroulés en octobre 2009 à l'hôtel Hilton de Lyon. 

Des faits d'une extrême violence

Elle a expliqué échanger avec Tariq Ramadan depuis près d'un an quand elle le rencontre enfin lors d'une conférence. Le prédicateur suisse l'aurait alors fait monter dans sa suite à l'issue de la conférence, a raconté la victime, qui a décrit des faits d'une extrême violence. 

Tariq Ramadan l'aurait violé plusieurs fois, frappé à la poitrine, au visage, dans le ventre, et l'aurait traîné par les cheveux jusqu'à la salle de bains.

Une première plainte de la militante laïque Henda Ayari

L'islamologue et théologien est visé depuis la fin octobre par une enquête à Paris pour «viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort», à la suite d'une première plainte de l'ancienne salafiste devenue militante laïque Henda Ayari.

Il avait réagi à ces accusations en parlant d'une « campagne de calomnie » qui fédère ses « ennemis de toujours ». Ses avocats ont eux dénoncé un « déferlement médiatique » contre leur client. 

>> A lire aussi : Tariq Ramadan, accusé de viols, mis en congé de l'université d'Oxford

Par ailleurs, La Tribune de Genève a publié un long article consacré à quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan lorsqu'il enseignait le français et la philosophie à Genève entre 1984 et 2004. Les quatre femmes y assurent avoir été harcelées et même avoir eu des relations sexuelles avec le théologien alors qu’elles étaient adolescentes.