Un « bis » qui donne encore raison aux propriétaires du théâtre de la Main d’Or face à Dieudonné. En septembre 2015, le tribunal de grande instance de Paris avait prononcé l’expulsion de l’humoriste controversé de son théâtre parisien, où il se produit depuis plus de 15 ans. La cour d’appel de Paris a validé cette expulsion, ce mardi.

>> A lire aussi: La justice ordonne son expulsion du théâtre de la Main d'Or

Cette décision est exécutoire et peut donc être appliquée immédiatement. La justice condamne en outre la société Bonnie production, titulaire du bail, à payer 280.660 euros au titre d’arriérés locatifs, a déclaré à l’AFP l’avocate des propriétaires, Dominique Cohen Trumer.

Sous-location et absence d’assurance

L’avocate de Dieudonné M’bala M’bala, Isabelle Coutant-Peyre, a pour sa part indiqué à l’AFP qu’elle envisageait un pourvoi en cassation. Mais celui-ci ne serait pas suspensif, et n’empêcherait donc pas une expulsion. « C’est un homme libre. Il fera ses réunions dans des bus », a affirmé Me Coutant-Peyre.

Devant le TGI de Paris, l’avocate des propriétaires, Dominique Cohen-Trumer, avait relevé que lorsqu’ils avaient acquis les lieux en 2011, c’était la société Bonnie Productions qui était titulaire du bail. Or l’exploitation de la salle semblait en fait relever de la société Les Productions de la Plume. Relevant que le « bail interdit la sous-location » et qu’il n’y avait « pas eu d’assurance pendant deux ans, une faute gravissime dans un théâtre », l’avocate avait réclamé la résiliation du bail et l’expulsion de Dieudonné la salle.

Dieudonné a été condamné à plusieurs reprises pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale. Un de ses spectacles avait par ailleurs été interdit début 2014, une mesure rarissime.