Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, a déposé plainte mardi après-midi auprès du parquet de Paris pour « violences volontaires » après avoir été bousculée lors du procès d’Abdelkader Merah.

« Une plainte a été adressée hier (mardi) au parquet et une enquête a été ouverte pour "violences volontaires ayant entraîné une incapacité de travail inférieure à 8 jours" » a déclaré une source judiciaire à 20 Minutes, confirmant une information du Parisien.

« Ce sont des gens qui n’ont pas de limite »

Les conseils de Latifa Ibn Ziaten, Me Samia Maktouf et Me Mehana Mouhou, ont dénoncé auprès de 20 Minutes « un acte gratuit, délibéré et violent, très mal vécu par Madame Ibn Ziaten. Elle a vraiment été ébranlée » par les faits survenus en dépit de la protection dont elle fait l’objet, et qui n’a pas dissuadé l’homme d’agir, ont précisé les conseils de Latifa Ibn Ziaten. « Ce sont des gens qui n’ont pas de limite », ont-ils lancé.

>> A lire aussi : La justice n'est pas allée «jusqu'au bout», estiment les familles des victimes

Les faits sont survenus jeudi, dernier jour du procès d’Abdelkader Merah, frère du terroriste. Au moment où Latifa Ben Ziaten retourne dans la salle d’audience pour assister au verdict, elle est bousculée à l’épaule par un homme. Ce dernier lui a par la suite saisit le bras gauche avant qu’un officier de sécurité ne s’interpose pour le raccompagner au pied des marches.