Nîmes: Après l'agression des pompiers, la justice ouvre une enquête pour tentative de meurtre

JUSTICE Dans la nuit de vendredi à samedi, une ambulance avait été la cible d’un groupe d’individus…

Nicolas Bonzom

— 

Les sapeurs pompiers sont intervenus en urgence pour sauver le jeune homme touché au bras. Illustration

Les sapeurs pompiers sont intervenus en urgence pour sauver le jeune homme touché au bras. Illustration — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

  • Les pompiers avaient été pris pour cible dans la nuit de vendredi à samedi.
  • Une ambulance avait été accueillie par des jets de projectiles et des cocktails Molotov.
  • Une enquête pour tentative de meurtre a été ouverte.

Dans la nuit de vendredi à samedi, dans un quartier de Nîmes, dans le Gard, une ambulance des pompiers était prise à partie par un groupe d’individus, essuyant des jets de projectiles et de cocktails Molotov, alors qu’elle rentrait d’une intervention de secours. L’un des cocktails Molotov a explosé à quelques mètres seulement du véhicule.

>> A lire aussi : Jets de pavés et cocktails Molotov pour accueillir les pompiers à la cité de Nîmes

Des agressions qui se multiplient, expliquent les syndicats, alors même que les secours interviennent pour prêter main-forte aux proches des fauteurs de troubles.

« Une montée de la complexité » des interventions

Mercredi, le procureur de la République a ouvert une enquête pour « tentative de meurtre » et des investigations sont actuellement menées pour retrouver les suspects.

Cette agression a suscité depuis cinq jours la colère des casqués du département. Dans un communiqué, Alexandre Pissas, le président du Sdis 30, évoquait « une montée de la complexité des missions des mêmes sapeurs-pompiers dans des zones en difficultés », notamment les « zones urbaines sensibles où les missions des sapeurs-pompiers sont de plus en plus exposées aux problèmes d’insécurité, d’incivilités ou d’urgence sociale ou sanitaire », mais des « territoires dans lesquels les citoyens ont droit à notre présence et à des secours de qualité », rajoutait le patron des sapeurs-pompiers.

Un autre camion caillassé mardi

Dans un autre, c’est le préfet qui condamnait l’agression, « lâche et ignoble ». La tension ne risque pas pour autant de s’estomper chez les pompiers du Gard : mardi après-midi, un autre véhicule a été caillassé dans cette même cité.

>> A lire aussi : A Nîmes, les pompiers de nouveau caillassés, trois jours après avoir été victimes de cocktails Molotov