Lille: Condamné à 7 ans de prison pour trafic d'armes, Claude Hermant fait appel

JUSTICE Figure de l’extrême droite et indic des gendarmes, Claude Hermant a été jugé pour trafic d’armes en bande organisée..

Mikael Libert

— 

Claude Hermant, ancien membre du service d'ordre du Front national, le 8 octobre 2011 à Lille.

Claude Hermant, ancien membre du service d'ordre du Front national, le 8 octobre 2011 à Lille. — BAZIZ CHIBANE/SIPA

Ce lundi après midi, le tribunal correctionnel de Lille a rendu sa décision dans le procès pour trafic d’armes dont Claude Hermant était la principale figure et qui s’est déroulé du 11 au 17 septembre. Ce dernier a été condamné à sept ans de prison ferme et sa compagne à cinq ans, dont trois avec sursis.

C’est l’ancien juge anti-terroriste, Marc Trévidic, qui présidait les débats lors du procès, qui a lu le délibéré à 14h. Alors que Claude Hermant encourait dix ans de prison, peine maximale équivalente aux réquisitions du procureur, il a été condamné à sept ans de prison et 30.000 euros d’amende. La compagne de Claude Hermant, Aurore Joly, a écopé d’une peine de cinq ans, dont trois avec sursis, ainsi que d’une amende de 30.000 euros.

« On fait appel, on avisera après »

« Mes deux clients ont pris la décision de faire appel, a assuré à 20 Minutes maître Maxime Moulin, avocat de Claude Hermant et de sa compagne. Nous n’avons toujours pas eu communication du jugement. Nous aviserons dès que nous aurons connaissance des motivations du tribunal », a-t-il précisé.

>> A lire aussi : L'indic Claude Hermant était-il en service commandé?

Selon l’avocat, Claude Hermant, qui a déjà effectué deux ans et dix mois de détention préventive, pourrait pourtant éviter la prison, notamment grâce aux remises de peine automatiques. « J’avais plaidé la légalité des armes slovènes. En fonction des motivations du tribunal, nous nous réservons aussi le droit de retirer notre appel si les chances d’obtenir une diminution de peine s’avèrent limitées », explique Maître Moulin.

Entre 3 et 5 ans pour les autres

Un autre prévenu, Samir Ladjali, à été condamné à cinq ans de prison et 15.000 euros d’amende. Il était soupçonné d’être l’un des intermédiaires présumés pour fournir les armes à Amedy Coulibaly, auteur de l’attentat de l’ Hyper Cacher à Paris. Il est d’ailleurs mis en examen à Paris dans ce dossier.

>> A lire aussi : Le rôle de la police passé au crible dans le procès pour trafic d'armes

Sébastien L., agent de renseignement des douanes, s’est vu infliger une peine de huit mois de prison avec sursis. Les derniers mis en cause, Antoine Denevi et Christophe Dubroeucq, ont pris respectivement trois et quatre ans.