Pour ou contre guillotiner un mouton? Aux internautes de trancher

27 contributions
Publié le 30 avril 2012.

INSOLITE - Deux étudiants d'art berlinois ont imaginé une «performance» qui consiste à décapiter un mouton si «Internet en décide ainsi»...

Sur la vidéo d’accueil du site, un des étudiants actionne la guillotine tandis que l’autre tient le mouton à l’écart. Le couperet tombe en boucle. A côté, un sondage: «Ce mouton doit-il être tué?» L’internaute peut cocher «oui» ou «non». A 17h ce lundi, le «oui» récolte 909.252 votes et le «non» 940.989 votes. Le compte à rebours est lancé: «17» indique le nombre de jours restants avant le 17 mai, date prévue de l’exécution.

Ce projet macabre est né dans la tête de deux étudiants de la Berlin University of Arts, Iman Rezai et Rouven Materne. Après avoir construit la guillotine, comme on peut le voir sur une vidéo YouTube où ils fument la chicha en justifiant leur action, les deux étudiants l’ont peinte en rose, orange, jaune fluo. Des couleurs vives choisies pour «refléter la nature à la fois colorée et mortelle» de la société, expliquent-ils.

«La guillotine est le reflet le plus compact de notre société» affirme Materne, qui poursuit: «L‘art performance est une critique de la morale courante; ce qu’il faut faire, c’est quelque chose qui vient directement de l’art. De l’inconscient». Rezai ajoute: «Ce qui sera sera. Il n’y a pas de pourquoi à ce sujet.»

Les autorités allemandes surveillent l’affaire

Cette détermination affichée ne masquerait-elle pas un canular? Les étudiants comptent-ils réellement mener leur projet à terme? Selon un porte-parole de leur université, ils auraient assuré à l'école que leur guillotine avait été conçue comme une «provocation artistique» et qu'ils n'avaient pas l’intention de tuer l'animal, rapporte Reuters. Les autorités allemandes suivent d’ailleurs cette affaire «avec intérêt». En Allemagne, tuer un animal sans motif particulier est passible de trois ans de prison.

Si ce n’est pas la première fois que l’art s’attaque au sujet du traitement des animaux dans nos sociétés, le fait de confier le sort d’un animal aux internautes est sans doute inédit, note le Huffington Post. Le nombre de votes -près de 2 millions, donc- semble en tout cas réjouir les étudiants, fiers de leur «coup» à en croire les comptes Twitter et Facebook de «Die Guillotine» qui relaient les dizaines d’articles de presse allemande et internationale suscités par leur provocation.

Interrogé par le HuffingtonPost, un porte-parole de l’association de défense des animaux PETA réagit: «Même s’il s’agissait d’un canular, leur «performance» n’est pas artistique, c’est surtout une publicité pour d’autres artistes en herbe qui pourrait s’en inspirer et les copier.»

A.L
Mots-clés
Newsletter
La MATINALE

Recevez chaque matin
l'actualité du jour

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr