«Do not disturb», «ne pas déranger».
«Do not disturb», «ne pas déranger». - C.BENSON/REUTERS

P.B.

Les bobos de l'amour sont des blessures comme les autres, a tranché la justice australienne, vendredi. Déboutée dans un premier temps par son assurance-maladie, une fonctionnaire a plaidé sa cause au tribunal et fini par être indemnisée.

La jeune femme était en déplacement de travail, en 2007. A son hôtel, en plein acte sexuel, la lampe au-dessus du lit est tombée, la blessant au visage.

 

L'assureur a expliqué qu'il ne «s'agissait pas d'un incident ordinaire comme se doucher, dormir, manger ou rentrer en marchant d'un rendez-vous de travail.» La plaignante «était engagée dans une activité de loisirs que son employeur n'avait ni organisée, ni encouragée», a ajouté ComCare.

 

Le juge en a décidé autrement. «Si la plaignante s'était blessée en jouant aux cartes dans sa chambre d'hôtel, elle aurait été indemnisée», a conclu le juge Nicholas.