Capture d'écran d'une vidéo du Courrier Picard montrant un radar automatique injurieux à Eaucourt-sur-Somme, début avril 2012.
Capture d'écran d'une vidéo du Courrier Picard montrant un radar automatique injurieux à Eaucourt-sur-Somme, début avril 2012. - 20MINUTES.FR

Nicolas Bégasse

Se faire insulter quand on est au volant, ça peut arriver. Mais quand l’injure vient d’un radar automatique, ça surprend.

C’est pourtant ce qui est arrivé à un automobiliste en arrivant à Eaucourt-sur-Somme, près d’Abbeville (Somme), le week-end dernier, révèle ce mardi le Courrier Picard (avec la vidéo du radar en question, à voir par ici). Le quotidien cite le conducteur un peu trop rapide: «Quand je suis passé, je me suis dit: C’est pas vrai, le radar m’a insulté!» Depuis son installation le 6 avril dernier, ce radar pédagogique, en plus d’informer les automobilistes sur leur vitesse, les accueillait d’un définitif «Fuck You» accompagné d’un accusateur «Chauffard» si celle-ci était excessive.

Message réparé et «coupable» identifié

Henri Sannier, célèbre journaliste de télévision et maire d’Eaucourt-sur-Somme, a été le premier surpris d’apprendre la grossièreté du cinémomètre, raconte le Courrier Picard: «Je suis passé plusieurs fois devant le panneau, à pied, à vélo et en voiture, mais je n’ai rien remarqué. Je ne roule pas vite de toute façon.»

L’appareil, garanti non-piratable par JCB, l’entreprise locale qui l’a conçu, a depuis été remis dans le droit chemin. Il indique désormais le nombre de points perdables en cas de vitesse excessive et un message plus poli: «Attention, trop vite». Quant au «coupable», il a été identifié: il s’agit d’un commercial de JCB, comme l’explique le patron de l’entreprise au Courrier Picard: «Le jour de l’inauguration, pour me montrer que la matrice texte était trop petite, il a marqué ça. Et effectivement, je n’ai pas fait attention. Mais comme il n’est pas informaticien, il l’a mal déprogrammé et c’est resté comme ça.»