Trois militantes de l'association féministe Femen manifestent devant le domicile parisien de Dominique Strauss-Kahn, place des Vosges, le 31 octobre 2011.
Trois militantes de l'association féministe Femen manifestent devant le domicile parisien de Dominique Strauss-Kahn, place des Vosges, le 31 octobre 2011. - AFP/ P. Kovaric

E.O.

«La honte ne part pas au lavage», «Fuck me in Porsche Cayenne». Pancartes explicites à la main, trois militantes féministes de l’association ukrainienne Femen ont manifesté ce lundi place des Vosges, devant le domicile parisien de Dominique Strauss-Kahn.

En tenue de soubrette – référence à la profession de Nafissatou Diallo, qui accuse l’ex-directeur du FMI de tentative de viol – voire seins nus, les activistes ont ensuite sorti seaux et plumeaux devant l’appartement de DSK. Tout en lessivant le sol, elles ont entonné «Voulez-vous coucher avec moi ce soir» puis ont frappé la porte d’entrée en criant «Shame on you» [honte à toi]. «Descends, si t’es un homme», ont-elles enfin scandé sous ses fenêtres.

Fondée en 2008, l’association Femen s’est fait connaître en Ukraine en organisant des manifestations topless, pour dénoncer le tourisme sexuel ou la prostitution dans leur pays. Leur cible préférée est leur président Viktor Ianoukovtich, qu’elles dépeignent comme un sexiste notoire, mais elles s’en prennent également à d’autres, comme Silvio Berlusconi, impliqué dans plusieurs scandales sexuels, ou maintenant Dominique Strauss-Kahn.