«Je parle au président?», le 06 du président brésilien publié par erreur

INSOLITE Michel Temer a évidemment dû changer de numéro...  

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du Brésil, Michel Temer, le 31 août 2016.

Le président du Brésil, Michel Temer, le 31 août 2016. — Gilberto Alves/SIPA

« Je parle au président, non ? ». « Parfaitement ! » a répondu en riant Michel Temer à un journaliste de O Globo qui avait composé le numéro de portable du président brésilien publié par erreur sur le site de la Chambre des députés.

« A qui voulez-vous parler ? », a demandé à son correspondant Michel Temer, selon le quotidien, qui a reproduit mardi la conversation insolite de la veille. Temer a recommandé à son interlocuteur de joindre une certaine « Madame Nara » (Nara de Deus, sa chef de cabinet) s’il voulait parler avec une personne du palais présidentiel du Planalto, à Brasilia. Puis il a accepté de bonne grâce de répondre à quelques questions pour le grand quotidien.

La présidence a indiqué mardi avoir désactivé le numéro du portable du chef de l’Etat suite à cet incident.

Bourde de la Chambre des députés

La Chambre des députés a publié lundi par erreur le numéro du président Temer au milieu d’une montagne de documents en lien avec la mise en accusation pour « entrave à la justice » et « participation à une organisation criminelle » dont il est l’objet.

Une commission parlementaire se penche cette semaine sur cette accusation et les députés devraient la semaine prochaine décider si l’affaire doit aller devant la Cour suprême, qui pourrait ouvrir le procès du chef de l’Etat et l’écarter du pouvoir.

Macron a dû changer de numéro

En France, Emmanuel Macron a dû abandonner en septembre l’un des deux numéros de portable qu’il utilise. Après le vol du téléphone d’un journaliste qui possédait sa ligne directe pendant la campagne, le président a reçu une centaine de messages. Aux Etats-Unis, Donald Trump avait pourri le candidat à la primaire républicaine Lindsay Graham en balançant son 06 devant les caméras pour se venger de critiques à son égard.

Mots-clés :