VIDEO. Chine: Une blague atroce sur un pont suspendu provoque un tollé sur Internet

LA BONNE BLAGUE Le guide et les touristes qui se trouvaient sur le pont ont eu la peur de leur vie…

Naomi Mackako

— 

Le pont en verre le plus long du monde a ouvert au public en Chine, dans la vallée de Zhangjiajie, le 20 août 2016.

Le pont en verre le plus long du monde a ouvert au public en Chine, dans la vallée de Zhangjiajie, le 20 août 2016. — FRED DUFOUR / AFP

La vidéo de ce canular a fait le tour du Web. Les images ont été filmées dans le nord de la Chine, dans la province d’Hebei.

Alors qu’il traversait la passerelle des monts Taihang, suspendue à 1.180 mètres d’altitude, le guide a bien cru qu’il allait tomber dans le vide. Les dalles en verre semblaient se fissurer sous ses pas comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Le guide a eu une belle frayeur et a terminé à quatre pattes, blotti contre le bord de la passerelle. C'est qu'il ignorait que tout n'était en fait qu'une blague. 

Les craquements et les fissures étaient des fake et une mise en scène des gestionnaires de la passerelle. En guise de fissures, des panneaux-écrans illustrant du verre brisé ont été glissés entre les larges plaques transparentes de la plateforme, comme le relate Mashable. Les concepteurs de la supercherie ont poussé l’illusion jusqu’aux effets sonores, imitant le verre qui se craquelle sous les pas du guide.

la plaisanterie a sûrement rappelé un incident de 2015

La Toile, elle, n’a pas ri. Sur Weibo (l’équivalent chinois de Twitter), les internautes ont blâmé la dangerosité de ce genre de plaisanterie pour les personnes fragiles du cœur, notamment (la crise cardiaque est vite arrivée). Il faut dire que la blague a sûrement rappelé un incident de 2015. Cette année-là, un pont suspendu situé dans la montagne de Yuntai s’était fissuré sous le poids des nombreux visiteurs.

>> A lire aussi : En Chine, le pont en verre craque sous le poids des touristes

Face au tollé provoqué par la « blague », l’administration de la région est de Taihang s’est excusée auprès de « tous ceux qui ont eu peur ». Il s’agissait d’un « effet spécial » pour la « provoc », s’est-elle encore justifiée. Elle a également affirmé que le guide était de mèche et a simulé sa panique. Pour preuve, le petit sourire esquissé par l’homme, juste avant sa chute.

La province a conclu ses excuses en annonçant que les écrans factices ne seraient pas désinstallés. Elle espère ainsi attirer du monde sur le pont emblématique grâce à cette nouvelle « attraction ».