Londres: Un gigantesque monstre de graisse obstrue les canalisations souterraines

POLLUTION Un nouveau caillot de graisse, le plus grand jamais observé, obstrue les canalisations de Londres...

Marie Lombard

— 

Un caillot de graisses et d'huiles de 130 tonnes obstrue les égouts londoniens ?

Un caillot de graisses et d'huiles de 130 tonnes obstrue les égouts londoniens ? — AP/SIPA

La « guerre des égouts » est déclarée à Londres. Un agglomérat gigantesque de graisses a été découvert dans les égouts londoniens, rapporte le Evening Standard. Situé dans le secteur de Whitechapel, le caillot constitué d’huiles, de graisses, de couches et de lingettes obstrue partiellement les canalisations et risque, à long terme, de provoquer des inondations dans les habitations.

Si les « fatbergs », sont monnaie courante dans la capitale britannique, qui compte pas moins de 8 millions d’habitants, celui-ci surpasse les précédents en taille et en poids. Ainsi, le « monstre » qui hante le Londres souterrain mesure 250 mètres de long et pèse le poids de 11 bus à impériale. En comparaison, le dernier amas de graisse, extrait du sous-sol en 2013, pesait 15 tonnes. Et on ne parle pas de l’odeur, « un croisement entre (…) du fromage coulant et de la pourriture », confiait en 2014 Tim Henderson, un égoutier de 39 ans.

80.000 obstructions par an

Figés par le froid qui règne à 7 mètres sous terre, les fatbergs aussi durs que la cire doivent être brisés à l’aide de jets d’eau sous pression par les égoutiers avant d’être aspirés et envoyés dans un centre de traitement. L’évacuation du bloc de 2013 avait pris 10 jours et plus de 6 semaines de travaux avaient été nécessaires pour réparer les dégâts causés.

Et « c’est de pire en pire » selon un égoutier interrogé par l’AFP en 2014, « Ça touche certains égouts qui n’étaient pas concernés avant ». La faute aux Londoniens, selon les égoutiers : « les gens ne voient pas ce qui se passe, alors ils n’y pensent pas. Et c’est sur nous que ça retombe ». Les caillots de gras provoquent ainsi 80.000 obstructions par an dont le traitement coûte 12 millions de livres (15 millions d’euros).