«50 millions de feuilles volantes» :Dans l'enfer du tri des anciens papiers de la Stasi

MEMOIRE Vingt-sept ans après la fin des activités secrètes de la Stasi demeurent 50 millions de documents déchirés. Plongée au coeur du tri de ces dossiers sensibles…

Marie Lombard

— 

Le tri des papiers de la Stasi prendra encore des décennies...

Le tri des papiers de la Stasi prendra encore des décennies... — IPON-BONESS/SIPA

  • L’Agence des Archives de la Stasi basée à Francfort tente de reconstituer des documents issus de la surveillance de la population pendant la dictature.
  •  Des milliers de sacs contenant des millers de morceaux de papier doivent être reconstitués.

Un casse-tête même pour les plus grands amateurs de puzzle. Dans son édition de lundi repérée par Slate, le Pacific Standard s’est penché sur le travail méticuleux effectué par les membres de l’Agence des Archives de la Stasi (BsTU), basée à Francfort depuis 1990.

Le labeur de ces derniers a commencé il y a près de 27 ans, lorsque les locaux de la Stasi, organe qui contrôlait les faits et gestes des 17 millions d’habitants d’Allemagne de l’Est, ont été vidés après la chute du mur  en 1989.

16.000 sacs contenant chacun 3.000 morceaux de papier

Il s’agit notamment d’un travail de tri car dans leur fuite, les quelque 90.000 officiers de la dictature communiste ont déchiré la plupart des documents d’enquêtes secrètes qu’ils n’avaient pas le temps de détruire, laissant derrière eux des monticules de papiers qu’il faut à présent reconstituer. En tout, 16.000 sacs contenant chacun 3.000 morceaux de papiers déchirés ont été recueillis sur les lieux… Autant dire qu’il y a du pain sur la planche.

Certains documents sont « aussi petits que des ongles » et donc impossible à reconstituer, selon l’archiviste en chef Jana Florzack, interviewée par le Pacific Standard. Cependant, « tant que le papier n’a été déchiré que trois fois maximum, on peut le reconstituer », renchérit son collègue Ruediger Sielaff.

16.000 sacs de feuilles contenant chacuns 3.000 morceaux de papiers ont été retrouvés
16.000 sacs de feuilles contenant chacuns 3.000 morceaux de papiers ont été retrouvés - Jens Meyer/AP/SIPA

Encore 50 millions de documents à assembler

La tâche exige une discipline de fer. Elke Kinzel, ancienne employée de l’agence, explique sa méthode. Pour reconstituer les documents, elle les sépare en 5 sections : le coin supérieur gauche, le supérieur droit, l’inférieur gauche, l’inférieur droit et les morceaux du milieu. Ensuite, le tri s’effectue selon le type d’écriture et la couleur du papier. Les feuillets ainsi assemblés sont archivés en fonction du lieu, du nom de l’espion et de sa cible. En 25 ans, Elke Kinzel a assemblé 37 sacs de feuilles.

Un travail de fourmi, qui est loin d’être fini puisqu’en 27 ans, « seuls » 1,5 million de pages ont été rafistolées… sur un total de plus de 50 millions. Les membres de l’Agence sont pourtant pressés par les citoyens désireux de savoir s’ils ont été espionnés. Ils sont ainsi plus de 7,12 millions à avoir adressé à la BsTU  une demande avec la même question : « La Stasi a-t-elle quelque chose sur moi ? »

«ai-je été suivi ?»
«ai-je été suivi ?» - IPON-BONESS/SIPA