«Le lait chocolaté vient de vaches marron» : L’indifférence de 7% d'Américains pour l’origine de leur assiette

ETATS-UNIS Une étude du Centre d’innovation des Etats-Unis révèle que 7 % des Américains pensent que le lait chocolaté provient de vaches marron…

Marie Lombard

— 

7% des Américains pensent que leur lait chocolaté vient de vaches marrons

7% des Américains pensent que leur lait chocolaté vient de vaches marrons — Max Pixel

On n’est pas loin des vaches violettes de Milka. Une étude du Centre d’innovation des Etats-Unis rapportée par le Washington Post révèle que de nombreux Américains ignorent tout bonnement la provenance des aliments dans leur assiette. Ainsi, 7 % des adultes, soit 16.4 millions d’habitants, vont jusqu’à affirmer que le lait chocolaté provient de vaches… marrons. La révélation de l’étude a bien entendu indigné quelques internautes américains qui se sont empressés d’affirmer qu’eux-mêmes savaient parfaitement d’où vient le lait des vaches. D’autres ont argué que les « idiots » partisans de la théorie des vaches marron étaient les mêmes que ceux qui votent Trump. Et le débat en est resté là.

>> A lire aussi : Etats-Unis : Deux morts dans des concours de nourriture la même semaine

De nombreux Américains se fichent de la provenance de leurs aliments
De nombreux Américains se fichent de la provenance de leurs aliments - Max Pixel

« L’indifférence à propos des origines de la nourriture est devenue la norme urbaine »

Bien loin d’être récent, le problème du désintérêt des Américains pour la provenance de leurs aliments avait déjà été constaté par une étude menée par le département de l’agriculture au milieu des années 90. Les sondages révélaient qu’un adulte sur cinq ne savait pas de quel animal venait la viande de leurs burgers. En 2001, c’était au tour d’une équipe de chercheurs californiens de découvrir que certains étudiants ignoraient que les oignons et les laitues étaient des plantes.

>> A lire aussi : Les Américains fantasment toujours sur la cuisine française

Selon l’historienne et auteure de Kitchen Literacy Ann Vileisis, cet état de fait est parfaitement « logique ». En migrant vers les villes au milieu du 19ème siècle, les Américains se sont intégrés dans un processus d’innovations techniques et de productions qui a transformé les marques, les supermarchés et l’hygiène en normes. De fil en aiguille l'« indifférence à propos des origines et de la production de la nourriture est devenue la norme de la culture urbaine ». Loin d’être stupides, de nombreux Américains ne sont donc tout simplement pas intéressés par leur nourriture.

Le mouvement
Le mouvement - Pixabay

Des progrès en cours ?

Force est de reconnaître que des efforts ont été faits dans ce domaine, car les 20 dernières années ont vu l’apparition de programmes scolaires destinés à éduquer les enfants à l’agriculture. D’autre part, des groupes d’AMAP semblables à ceux créés en France ont été formés pour faire le lien entre les campagnes et les villes.

>> A lire aussi : Quand les Américains s'en prennent aux aliments français

A bien y regarder, de nombreux « influenceurs » américains sur les réseaux sociaux exhortent depuis peu à manger plus sainement et à s’informer sur l’origine de leur nourriture. Ce mouvement, appelé « Healthy food », a vu la montée de « starlettes du bien-être », telles que Jessica Alba et Gwyneth Paltrow qui ont monté leur business sur la volonté de certains Américains de manger plus responsable et sain.