Paris: Un patron offre des vacances illimitées à ses salariés

MANAGEMENT Chez PopChef, les salariés peuvent choisir eux-mêmes la durée et la date de leurs congés...

20 Minutes avec agence

— 

Un couple sur une plage des îles Samoa.

Un couple sur une plage des îles Samoa. — D Kirkland/AP/SIPA

Lancé aux Etats-Unis, le concept des « vacances illimitées » commence à faire du bruit dans le petit monde des start ups.

François Raynaud de Fitte, cofondateur del’entreprise de livraison de plats cuisinés Popchef, s’est lancée dans cette drôle d’aventure avec ses salariés.

Un salarié épanoui se dépasse plus

Les employés de cette startup parisienne peuvent en effet choisir eux-même la durée et la date de leurs congés payés. La seule condition pour la trentaine de salariés concernés : avoir rempli leurs objectifs.

« J’ai la conviction qu’un salarié qui est plus épanoui au travail se dépassera un peu plus et aura donc un travail plus efficace », explique François Raynaud de Fitte à BFMTV.

« Je suis partie 10 jours en vacances »

Le système semble pour l’instant faire ses preuves parmi les salariés. « Je suis partie 10 jours en vacances. Je suis rentrée chez moi en Normandie. J’en ai profité pour souffler après une grosse période de rush », explique Manon Manfredi, responsable communication chez Popchef à BFMTV.

« Et comme tous nos objectifs étaient terminés avec notre équipe, je pouvais très bien prendre mes vacances. Je me suis arrangée avec (mes collègues), elles assuraient le travail en attendant ».

Les salariés n’abusent pas

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les salariés de Popchef n’abusent pas de leur privilège. Ils ne prennent en moyenne que « trois jours de plus que les 5 semaines de congés payés prévues par le Code du travail », selon BFMTV.

« Nous sommes une génération qui bouge, qui veut tout faire, tout savoir. Qui veut goûter à tout », peut-on encore lire sur le site internet de Popchef.

Les « vacances illimitées » vont-elles faire d’autres émules en France ? Alors que les modes traditionnels de travail sont plus que jamais remis en cause, c’est pas impossible.