VIDEO. Quand l’astronaute Thomas Pesquet reviendra sur Terre, il aura grandi d'environ cinq centimètres

SCIENCES L'astronaute français Thomas Pesquet, qui reviendra vendredi sur Terre, devrait avoir grandit de quelques centimètres lors de son séjour dans l'ISS...

Marie Lombard

— 

Thomas Pesquet prend quelques centimètres dans l'espace

Thomas Pesquet prend quelques centimètres dans l'espace — Thomas Pesquet/ESA/NASA/SIPA

« L’espace m’a changé un peu ». Lorsque l’astronaute Thomas Pesquet a prononcé cette phrase mardi depuis le module européen de l’ISS, il pensait certainement à un changement de regard sur la planète bleue, et pas à un changement physique. Et pourtant… En orbite depuis plus de 6 mois dans la Station Spatiale Internationale (MEDES), le Français qui doit atterrir vendredi au Kazakhstan a subi les effets de la micro-gravité et de l’impesanteur.

>> A lire aussi : VIDEO. Espace: Thomas Pesquet nous offre le tour du monde en 80 secondes et en timelapse

Diminution de la masse musculaire

Si certains effets de la vie dans l’espace, tel que la diminution de la masse musculaire, le mal de l’espace et les radiations, sont connus de tous, d’autres sont étonnants. Ainsi, selon la médecin des astronautes Brigitte Godard, qui a suivi Thomas Pesquet depuis plusieurs mois, l’astronaute va revenir plus grand de quelques centimètres.

En effet, dans l’espace les Hommes sont libérés des contraintes de la pesanteur, qui permet aux terriens de garder les pieds sur terre. Leur colonne vertébrale n’étant plus soumise à aucun tassement, elle se gorge d’eau et allonge la silhouette. Ainsi, Thomas Pesquet pourra mesurer entre 4.5 et 6 centimètres de plus que lorsqu’il est parti en novembre.

>> A lire aussi : VIDEO. Thomas Pesquet, l’astronaute tellement parfait qu’il en serait presque énervant

 «Tout terrien vit la même chose chaque nuit dans son lit»

Ce phénomène touche également les individus sur terre selon Bernard Comet, médecin à l’Institut de médecine et physiologie spatiales (Medes) de Toulouse interrogé par Le Parisien : « Tout terrien vit la même chose chaque nuit dans son lit, Au réveil, on est un peu plus grand qu’au coucher, mais ça ne dure que quelques minutes. Dans le cas de longs séjours spatiaux, c’est plus intense et plus long. » Ainsi, dans le cas de Thomas Pesquet qui est resté longtemps en orbite, cet état durera au moins « quelques heures » une fois arrivé sur terre.

>> A lire aussi : VIDEO. Thomas Pesquet, l'envoyé spatial hyper-connecté

Pour parer à cet effet de la micro-gravité, qui peut provoquer « des douleurs dorsales lors de la mission », l’une des techniques « consiste à faire dormir l’astronaute en chien de fusil en l’accrochant à une paroi de la station. » La skinsuit, une combinaison ultra-moulante censée reproduire les effets de la gravité terrestre sur le corps une fois enfilée, a également été testée. Elle devrait servir lors de voyages plus long ou plus lointain… Comme celui vers Mars, par exemple.