Racisme: L'expérience vécue par la rédactrice en chef de «Elle» émeut les internautes

SOCIETE « Partez d’ici sales nègres » aurait lancé un homme aux deux fils métisses de la journaliste dans un supermarché de Bretagne…

20 Minutes avec agence

— 

"Si les Noirs parlaient comme les Blancs...": le hashtag qui dénonce le racisme ordinaire

"Si les Noirs parlaient comme les Blancs...": le hashtag qui dénonce le racisme ordinaire — JOEL SAGET AFP

Katell Pouliquen, rédactrice en chef du magazine Elle, a tenu à raconter ce samedi sur Facebook et Instagram l’agression verbale raciste dont  ses deux enfants métisses ont été victimes dans un supermarché de Plérin, à proximité de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor).

« Partez d’ici sales nègres », aurait asséné « un homme d’une soixantaine d’années, flanqué de sa femme muette » aux fils de la journaliste, qui « s’amusaient au rayon foot » du magasin. Une insulte que cette maman explique avoir vécue comme un « uppercut » dans sa région d’origine.

>> A lire aussi : «Nègres américains favorables à l'esclavage»: Laurence Rossignol rétropédale mais peine à éteindre la polémique

« Partout, ils sont chez eux »

« Je suis Bretonne. J’ai terriblement voulu fuir cette Bretagne que je chéris tant aujourd’hui. M’arracher à la promiscuité », confie ainsi Katell Pouliquen, qui explique ensuite son choix d’habiter Paris, en particulier pour ses enfants.

« Partout, ils sont chez eux. Nulle part ici, leur peau n’est un sujet. Les rues racontent le métissage. La France multiculturelle progresse. Celle que j’aime », écrit la mère de famille sur les réseaux sociaux.

>> A lire aussi : Paris: Un cabaret abandonne le nom «Bal Nègre» pour ouvrir «Le bal de la rue Blomet»

« Je suis en colère. Violemment. Obstinément »

Dans ses deux publications en ligne, la rédactrice en chef détaille les efforts qu’elle multiplie pour élever ses enfants, qu’elle reconnaît être « protégés » et « privilégiés ». D’où son amertume face à l’insulte du client du supermarché qui, pour Katell Pouliquen, vient s’ajouter à d’autres exemples récents de racisme dans notre société.

« 11 février 2017. 70 jours avant l’élection présidentielle. (…) Je suis en colère. Violemment. Obstinément », conclut la journaliste dont le message indigné avait été partagé plus de 2.000 fois sur Facebook ce mercredi après-midi.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Théo: «Bamboula», une insulte «à peu près convenable», estime un syndicaliste policier