Piratées, des radios locales américaines diffusent en boucle «Fuck Donald Trump»

HACKING Des pirates ont trouvé le moyen de s’introduire sur les ondes de plusieurs radio locales afin d’y diffuser en boucle la chanson des rappeurs YG et Nipsey Hussle intitulée « Fuck Donald Trump »…

P.F.

— 

Capture d'écran du clip des rappeurs YG et Nipsey Hussle « Fuck Donald Trump ».

Capture d'écran du clip des rappeurs YG et Nipsey Hussle « Fuck Donald Trump ». — Capture d'écran/Youtube

Depuis l’investiture de Donald Trump le 20 janvier dernier, les radios locales américaines sont confrontées à un bien étrange phénomène. Piratées par des hackers anti-Trump, certaines d’entre elles ont été condamnées à diffuser la chanson « Fuck Donald Trump » des rappeurs YG et Nipsey Hussle pendant plusieurs minutes voire plusieurs jours pour les plus malchanceuses rapporte l’agence Associated Press.

>> A lire aussi : Un psychiatre lance une pétition en ligne pour demander la destitution de Donald Trump

La première victime des pirates serait une petite radio de San Angelo au Texas, le phénomène se serait ensuite étendu au Tennesse, à l’Indiana ou encore au Kentucky. A chaque fois, c’est la même chanson qui est passée en boucle, toujours avec le même vocabulaire fleuri à l’égard de Donald Trump. Un titre qui a tout de même fait plus de 15 millions de vues sur YouTube.

Dernièrement en Caroline du Sud, la radio communautaire religieuse Mother of the Redeemer (la mère du Rédempteur) a ainsi diffusé des « fuck » en continu toutes les heures pendant deux jours. D’autres stations mieux loties ont dû se contenter de « seulement » quinze petites minutes de « Fuck Donald Trump » en boucle, comme ce fut le cas dernièrement pour la radio Sunny 107.9 émettant également en Caroline du Sud comme l’explique Buzzfeed News.

Beaucoup plus faciles à pirater que les grosses radios nationales, ces radios locales ont, semble-t-il, pour point commun de toutes utiliser un petit appareil connecté à internet d’où viendrait la faille utilisée par les hackers pour s’introduire sur leurs ondes.

>> A lire aussi : La ministre de l’environnement suédoise trolle Donald Trump et son machisme

D’autres stations politiquement engagées contre le nouveau président des Etats-Unis n’ont cependant pas eu besoin de se faire pirater pour diffuser le morceau. La radio hip-hop We 96.3 de Portland aurait par exemple diffusé le morceau une heure par jour en continu pendant toute la semaine d’investiture de Donald Trump.