5.000 dollars d'amende pour avoir joué à «Là-haut» dans le ciel canadien

JUSTICE Un canadien qui en 2015 avait volé dans le ciel à l'aide de 110 ballons gonflés à l'hélium a été condamné ce jeudi à 5.000 dollars d'amende pour sa conduite dangereuse...

Marie Lombard

— 

Condamné à 5.000 dollars d'amende pour avoir essayé de voler avec des ballons comme dans "Là-haut"

Condamné à 5.000 dollars d'amende pour avoir essayé de voler avec des ballons comme dans "Là-haut" — Screenshot Youtube.com

C’était gonflé comme idée. Un Canadien a été condamné ce jeudi 22 décembre à payer une amende de 5.000 dollars canadiens (ou 3.550 euros) pour avoir survolé la ville de Calgary assis dans une chaise de jardin tenue par 110 ballons gonflés à l’hélium.

Tel les personnages du film Là-Haut, Daniel Boria s’était ainsi envolé le 5 juillet dernier depuis un terrain de golf, muni d’une bouteille d’oxygène, d’une radio et d’un parachute. Problème : pendant son vol qui a duré au total une trentaine de minutes à plus de 2 km d’altitude, 24 avions ont décollé et atterri à l’aéroport de Calgary qui se trouvait tout proche.

Arrêté à son atterrissage

Selon la justice, Daniel Boria sur sa chaise de jardin aurait pu créer une collision car les contrôleurs aériens de l’aéroport ne parvenaient pas à suivre ses déplacements avec précision sur leurs radars.


Ils tentent de s’envoler comme dans « Là-haut » par 20Minutes

>> A lire aussi : VIDEO. Il tente de voler accroché à des ballons comme dans le film «Là-haut»

L’objectif du pilote du dimanche était d’atterrir en parachute sur le site du festival traditionnel de rodéo de Calgary, mais de forts vents l’ont dévié. Il a été arrêté à son retour sur le plancher des vaches par la police de la ville. Selon CBC, ce jeudi 22 décembre après avoir plaidé coupable pour conduite dangereuse d’un aéronef, Daniel Boria a accepté de donner 20.000 dollars à une œuvre caritative. Après s’être délesté de ces 25.000 dollars (le don et l’amende), Daniel Boria a dû se sentir aussi léger qu’un ballon de baudruche.

Mots-clés :