«C'est quoi Le Bon Coin?» Nicolas Sarkozy donne sa langue au chat

WEB Le patron des Républicains a rencontré ce jeudi des chefs d’entreprise lyonnais qui recrutent notamment sur le site de petites annonces LeBonCoin.fr...

L.C.

— 

Nicolas Sarkozy, le 2 mai 2016 à Paris.

Nicolas Sarkozy, le 2 mai 2016 à Paris. — WITT/SIPA

Les hommes politiques sont parfois déconnectés, au sens propre du terme. Après la souris d’ordinateur qui intriguait Jacques Chirac, voici la boulette de Nicolas Sarkozy sur LeBonCoin.fr. Le patron des Républicains rencontrait ce jeudi des chefs d’entreprise de la région lyonnaise. A l’un d’eux qui lui expliquait qu’il recrutait sur le site de petites annonces LeBonCoin.fr, Nicolas Sarkozy a répliqué « C’est quoi Le Bon Coin ? », selon plusieurs journalistes sur place.

50.000 à 100.000 postes pourvus chaque mois

Pourtant, le site est devenu une référence en matière de recrutement. Selon la direction du portail, « 50.000 à 100.000 postes y sont pourvus chaque mois ».

Rapidement relatée et relayée sur Twitter, la question innocente de l’ancien président français a amusé les internautes. L’un d’eux relève que le patron de l’opposition n’a pas dû acheter souvent des objets d’occasion, comme le propose le portail de revente.

Un autre relève que des exemplaires d’un livre publié par Nicolas Sarkozy sont en vente sur LeBonCoin.fr.

Un twitto taquin explique à Nicoas Sarkozy que l'on «y trouve de tout», photo d'une anonce pour des talonnettes à l'appui.

D’ailleurs, quand on tape Sarkozy dans la barre de recherche du portail de revente, on trouve beaucoup de livres, mais aussi des choses plus étonnantes, comme cette bouteille de champagne à son effigie

Le « buzz informatique »

En 2012, un lapsus de Nicolas Sarkozy lui avait déjà valu des moqueries. Lors d’une émission de télévision, il avait parlé de « buzz informatique » au lieu de « bogue informatique ».

Il n’est pas le premier ni le dernier des hommes politiques à sécher sur une question liée à Internet. En 1995, lors de l’inauguration de la Bibliothèque François Mitterrand à Paris, Jacques Chirac avait demandé à son ministre de la Culture Jacques Toubon, ce qu’était qu’une « souris ».