Le dîner presque parfait de Jean-Marie Le Pen et Jesse Jackson

IMPROBABLE Sur Twitter, Jean-Marie Le Pen a éveillé la curiosité des internautes en postant une photo de lui au côté de Jesse Jackson, dans un restaurant parisien…

W.P.

— 

Jean Marie Le Pen, le 30 novembre 2014

Jean Marie Le Pen, le 30 novembre 2014 — FAYOLLE PASCAL/SIPA

Jean-Marie Le Pen et Jesse Jackson, ensemble. La photo, aussi improbable que réelle, a été prise lundi soir à l’occasion d’un dîner dans un restaurant marocain de Paris, où le révérend américain participait aux cérémonies pour la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions aux côtés de François Hollande et Christiane Taubira. Bref, a priori, rien à voir avec la ligne politique du président d’honneur du Front National. Sur Twitter, Jean-Marie Le Pen se félicite pourtant, preuves à l’appui, d’avoir reçu le soutien de Jesse Jackson.

« Gardez espoir et continuez », aurait donc écrit le révérend à l’ancien candidat aux élections présidentielles. Un message qui n’a pas manqué d’étonner la twittosphère, aussi bien en France qu’aux Etats-Unis. Le hic, c’est que l’Américain n’a pas tardé à calmer les ardeurs de Jean-Marie Le Pen. Ce dernier aurait-il simplement rêvé ?

« Je ne savais pas que vous veniez dîner. Je ne vous avais jamais rencontré. Je ne partage pas vos croyances », a tweeté Jesse Jackson. Christiane Taubira s’est également mêlée à l’affaire en taclant son adversaire politique sur Twitter.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Visiblement gêné des railleries circulant à son égard, le président d’honneur du FN a contre-attaqué en diffusant une nouvelle photo de son dîner avec le révérend. On l’y voit attablé à côté de Jesse Jackson.

Le révérend américain a riposté à nouveau, mais cette fois-ci auprès de l’AFP. Jean-Marie et Jany Le Pen « étaient conviés par d’autres invités. Ce n’était pas du tout un dîner politique. Ce qui m’intéressait, c’était les commémorations de l’esclavage », a-t-il assuré. Et d’ajouter que « si j’avais su qui il était, je serais parti, pour marquer mon dégoût » envers ses idées politiques. « La xénophobie et l’antisémitisme sont répugnants et n’aident vraiment pas à construire un monde pacifique », a aussi déclaré Jesse Jackson, avant de dire à quel point il s’est senti « trahi » et « déçu » par ceux qui ont tweeté la rencontre.