VIDEO. Harcèlement sexuel: Une photo de Denis Baupin a incité les victimes présumées à parler

OMERTA Une photo publiée par Denis Baupin publiée le 8 mars dernier sur sa page Twitter a poussé plusieurs élues à briser l'omerta en dénonçant les faits présumés de harcèlement sexuel commis par l'écologiste...

L.C.

— 

Capture d'un tweet posté par Denis Baupin le 8 mars 2016 sur Twitter.

Capture d'un tweet posté par Denis Baupin le 8 mars 2016 sur Twitter. — Denis Baupin via Twitter

Denis Baupin est ce lundi au cœur d’un scandale après les révélations de harcèlements sexuels présumés qu’il aurait commis à l’égard de plusieurs élues. Après la publication de plusieurs témoignages par  Médiapart et France Inter, le vice-président de l’Assemblée nationale, ancien membre d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), a démissionné.

C'est une photo qui aurait poussé certaines victimes présumées à briser l’omerta. Quel est le cliché qui a bien pu pousser des élues à ne plus taire les agissements du vice-président de l’Assemblée nationale ? Il s’agit d’une photo de Denis Baupin publiée sur Twitter le 8 mars dernier.

« Cela a provoqué chez moi une vraie nausée »

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, il a posé avec du rouge à lèvres en compagnie d’autres députés.

« Quand je l’ai découverte, cela a provoqué chez moi une vraie nausée », a confié l’adjointe au maire du Mans et secrétaire régionale EELV Elen Debost à Mediapart et France Inter.

Cette photo a été postée dans le cadre de la campagne numérique « Mettez du rouge », qui appelait les hommes à poser avec du rouge à lèvres et poster leur photo sur la Toile en signe de soutien aux droits des femmes. Denis Baupin y avait participé aux côtés des élus Jacques Krabal (Parti radical de gauche), Christophe Borgel (Parti socialiste) et Benoist Apparu (Les Républicains).

Denis Baupin avait publié une deuxième photo, avec plus d'élus. Depuis ce lundi, les commentaires d'internautes en colère pleuvent sur ce tweet publié il y a deux mois.

«C'est pour rouge de honte que vous auriez dû poser non ?», commente un twitto. 

>> A lire aussi : «Malaise», «choc», «faits graves»... La classe politique réagit à l'affaire Denis Baupin

Un « déclencheur »

Si le cliché n’a pas eu un grand écho sur Twitter, avec seulement 20 retweets et 10 « j’aime », pour Sandrine Rousseau, l’une des porte-paroles d’EELV, l’image a été un « déclencheur ». « J’ai vu non pas quelqu’un qui défendait les droits des femmes mais quelqu’un qui avait tenté d’embrasser une femme de force », a-t-elle expliqué à Mediapart.

« Ma première réaction a été de rigoler. Je me suis dit : «Il va jusque-là alors qu’il se connaît, ce n’est pas possible» (…) J’étais démoralisée. Pour moi, c’était comme se racheter une conduite », a réagi Annie Lahmer sur BFMTV.

Alors que de « nombreux responsables d’EELV, y compris des proches de Denis Baupin » ont confié à Mediapart, « qu’ils avaient eu à connaître des faits potentiellement délictueux depuis plusieurs années », il aura donc fallu attendre cette photo publiée le 8 mars 2016 pour que le scandale éclate au grand jour.

>> A lire aussi : Affaire Denis Baupin: «Ces femmes subissent la pression de leur entourage quand elles en parlent»

Depuis la révélation de ce scandale sexuel, de nombreux tweets de Denis Baupin refont surface, contrastant avec l’image d’un homme sur lequel pèsent désormais de lourdes accusations. Dans un tweet, il se réjouissait notamment de l’adoption d’une loi luttant contre le harcèlement sexuel.