Les chèvres ravagent les jardins de Blackball (illustration).
Les chèvres ravagent les jardins de Blackball (illustration). - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Blackball a peur. Ce village néo-zélandais de 330 habitants vis sous le joug d’une bande de 16 chèvres sauvages que personne ne parvient à arrêter, rapporte le New Zealand Herald. « Quand elles arrivent en ville, elles ravagent les jardins de chacun, témoigne Murray Malloch, en charge du contrôle des animaux dans la commune. Elles mangent tout ce qu’il y a dedans [le jardin, ndlr] puis passent à un autre. »

Mais surtout, redoute Murray Maloch, les caprinés pourraient causer un accident de voiture, comme celui qui a failli se produire le week-end précédent. Et donc mettre en danger la vie des honnêtes citoyens de Blackball.

Vers une guerre avec les chèvres ?

Le problème, c’est que personne ne parvient à les capturer. Selon le garde-animalier, les chèvres se cachent la nuit puis se rassemblent en journée pour mener leurs raids. Mais Murray Malloch a lancé un ultimatum : le propriétaire des chèvres a deux semaines pour se manifester ou sinon il s’en occupe lui-même, quitte à faire appel à des gars du cru à la gâchette facile.

Néanmoins il semblerait que les animaux rôdent dans le coin depuis au moins deux ans. Mais en se reproduisant, le gang s’est agrandi et a commencé à causer des problèmes. Quoi qu’il en soit, cette histoire n’a pas fini de rendre chèvre les habitants de Blackball.

Mots-clés :