«Damned», les hérissons disparaissent des jardins anglais

ÉCOSYSTÈME L’enquête annuelle menée par le Gardener’s World Magazine pointe une diminution du petit mammifère de près de 30 % depuis 2003…

H.S.

— 

Biddy, le hérisson voyageur d'Instagram

Biddy, le hérisson voyageur d'Instagram — biddythehedgehog/Instagram

Il n’est pas en voie d’extinction mais son sort inquiète au plus haut point les scientifiques britanniques. La présence du hérisson, mammifère au museau attendrissant, aurait diminué de 30% depuis 2003 dans les jardins anglais, révèle ce lundi le magazine spécialisé Gardener’s World Magazine.

Leur nombre est descendu sous la barre du million alors qu’ils étaient près de 36 millions dans les années 50 selon l’enquête, citant des chiffres collectés par l’ONG PTES (The People's Trust for Endangered Species). Lucy Hall, rédactrice en chef du Garderner’s World Magazine, détaille : « Le hérisson, particulièrement aimé des jardiniers qui le considèrent comme un allié naturel et sympathique, est en train de disparaître sous nos yeux. Pourtant, on peut agir à travers des gestes simples comme la création de zones isolées, dans nos jardins, pour la nidification et à l’hibernation ou encore en découpant par endroits nos clôtures pour faciliter leur circulation ».

>> A lire aussi : Indre-et-Loire: Treize hérissons sauvés de l'assiette par les gendarmes

Destruction progressive de son habitat naturel

Autre chiffre inquiétant, selon le magazine, seuls 29 % des personnes interrogées ont vu, dans le courant de l’année, un hérisson. Selon les militants écologistes, les causes de ce déclin doivent être analysées en profondeur.

La perte de l'habitat naturel et sa dispersion, la construction de nouvelles routes et logements pourraient notamment être à l’origine de cette diminution brutale. Les fortes précipitations, de plus en plus courantes,  liées au réchauffement climatique, altèrent également l’habitat du petit mammifère.

Et l’espèce n’est pas la seule à être menacée, en Angleterre, plusieurs militants s’alarment de la disparition progressive des étourneaux et des écureuils rouge, caractéristiques de la faune anglaise.

 

Mots-clés :