Angela Merkel lors du Sommet européen, le 19 février 2016.
Angela Merkel lors du Sommet européen, le 19 février 2016. - Martin Meissner/AP/SIPA

Avec ces interminables négociations sur le « Brexit », les chefs d’Etat et de gouvernement européens en auraient presque oublié de se sustenter. Pas Angela Merkel. Alors que le « petit-déjeuner anglais » annoncé, puis le brunch et le lunch, qui devait réunir les 28 dirigeants l’UE pour des négociations communes, ont été à chaque fois retardés tout au long de la journée avant de se transformer en dîner de fin de soirée, la chancelière s’est accordé vendredi une « pause frites » dans l’une des plus fameuses friteries bruxelloises.

« Nous n’avons rien mangé de toute la journée. Nous avons cherché dans l’immeuble qui abrite le Conseil, et n’avons rien trouvé d’approprié. Il n’y a pas beaucoup de choix par ici. Et la maison Antoine est une institution », a expliqué, amusée, la délégation allemande après le « buzz » créé par la promenade gastronomique impromptue.

Le tram 33 de Jacques Brel n’étant plus en activité, c’est à pied que la chancelière est apparue sur la chaîne de télévision britannique ITV, entourée de gardes du corps, se régalant de frites fraîches servies en cornet. Des images qui ont agité la « twittosphère » et la cohorte de journalistes qui couvrent depuis deux jours un sommet européen encore plus long que la normale. La chancelière était de retour à l’heure de l’apéritif, a souligné la délégation.

Mots-clés :