Le radar automatique contrôle la vitesse des automobilistes. (illustration)
Le radar automatique contrôle la vitesse des automobilistes. (illustration) - S. ORTOLA / 20 MINUTES

Le conducteur indélicat ne s’appelait pas Nicolas Sarkozy, mais Rachid S. Flashé par un radar le 13 décembre pour un excès de vitesse d’un kilomètre/heure près de Vaudeville (Meurthe-et-Moselle), cet homme voulait contester son procès-verbal.

Le trentenaire a rempli un formulaire adressé aux services de verbalisation automatique au nom de l’ancien président de la République, rapporte ce vendredi L’Est républicain.

« Amende maximum » requise

Mais la plaisanterie n’a pas du tout été du goût de l’administration. Celle-ci aurait demandé qu’une « amende maximum », soit 400 euros, soit requise lors du procès de Rachid S. pour excès de vitesse, a confié l’avocat du conducteur au quotidien.

L’addition a été finalement moins salée que prévue pour Rachid S., qui s’en est sorti avec une amende de 68 euros.

Mots-clés :