Le «Titanic II» en images de synthèse.
Le «Titanic II» en images de synthèse. - Blue Star Line

Depuis le film de James Cameron, des centaines de millions de personnes dans le monde ressentent une certaine familiarité avec le Titanic. Mais, plus de cent ans après le naufrage du célébrissime paquebot, les nostalgiques d’une époque les plus acharnés (et fortunés) vont pouvoir aller beaucoup plus loin, et s'offrir une traversée sur une réplique du bateau.

Ce projet un peu fou est à l’initiative d’un milliardaire australien, Clive Palmer, qui l’avait évoqué pour la première fois en avril 2012, un siècle exactement après le naufrage de l’original le 15 avril 1912. Après des retards, la mise à flots du bâtiment est désormais prévue pour 2018.

Le salon de première classe. - Blue Star Line

Des procédures de sécurité modernes

Le Titanic II sera une copie fidèle de l’original, hormis « les procédures d’évacuation modernes, le contrôle par satellite, la navigation digitale et les systèmes de radars », précise James McDonald, directeur marketing de la compagnie Blue Star Line, à l’origine du projet. Peu rêvent en effet de subir le triste sort des 1.500 passagers et membres d’équipage qui ont trouvé la mort dans le naufrage du premier du nom.

L’itinéraire du Titanic a également été adapté : au lieu de naviguer entre Southampton et New York, il reliera le Jiangsu, en Chine, et Dubai, où Blue Star a « passé des partenariats ». Le paquebot mesurera 270m de long, sera haut de 53m et pèsera quelque 40.000 tonnes; pour respecter les normes de sécurité maritime modernes, il fera quatre mètres de plus en largeur et sa coque sera soudée et non rivetée. Comme l’original, il offrira trois classes distinctes aux passagers. Le prix des billets n’est pas encore connu mais la compagnie aurait reçu des offres dépassant les 800.000 euros.

Mots-clés :