Un homme prend un selfie avec Barack Obama dans le New Jersey, le 18 mai 2015.
Un homme prend un selfie avec Barack Obama dans le New Jersey, le 18 mai 2015. - Amy Newman/AP/SIPA

Ne lui parlez plus de selfies. Lors d’un déplacement dans l’Illinois mardi, Barack Obama a finalement lâché le morceau : il n’en peut plus de poser avec les gens pour des autoportraits au smartphone.

Après avoir assuré que son discours serait court pour lui permettre d’aller serrer la main à l’assistance, le président des Etats-Unis a ainsi averti : « Pas de selfies. Je tenais juste à vous prévenir. » « C’est une chose qui a changé [ces dernières années], lance-t-il, sourire aux lèvres, au public. Si on avait eu des smartphones quand j’étais en campagne présidentielle, je ne suis pas sûr que je me serais présenté. »

« Hey ! Je suis là ! Juste devant vous ! »

Poursuivant sous les rires de l’assistance, il lâche : « Les gens ont leur téléphone, et ils ne veulent pas me serrer la main. Hey ! Je suis là ! Juste devant vous ! » continue-t-il en faisant mine de tenir un smartphone devant son visage. « Je ne prendrai pas de selfie mais je veux serrer autant de mains que possible », termine le président.

Barack Obama pose pour un selfie collectif devant l’appareil de la footballeuse Abby Wambach, à la Maison-Blanche le 27 octobre 2015. - SIPANY/SIPA

 

L’ambivalence du président envers les selfies n’est pas tout à fait une surprise pour les Américains : en janvier, Barack Obama, qui s’était pourtant pris en photo avec une perche à selfie dans une vidéo pour Buzzfeed, photographié lui-même avec un glacier en Alaska ou pendant les funérailles de Nelson Mandela, avait d’ailleurs refusé, poliment mais fermement, un cliché à un membre du public après son discours sur l’état de l’Union, sous l’œil des caméras.

Son allergie date peut-être de l’épisode très médiatisé du selfie avec David Ortiz. En 2014, le joueur de base-ball s’était pris en photo avec le locataire de la Maison-Blanche avant de le poster sur Twitter, où il avait été partagé par le fabricant de smartphones Samsung, sponsor du joueur. Un porte-parole avait dû expliquer que l’image du président américain ne devait pas servir à des fins commerciales.

Mots-clés :