Capture d'une photo postée sur Facebook par le Brésilien Fernando Bustamante lors du Carnaval 2016.
Capture d'une photo postée sur Facebook par le Brésilien Fernando Bustamante lors du Carnaval 2016. - Fernando Bustamante via Facebook

En plein carnaval, des déguisements inspirés du dessin animé Aladdin ont suscité une polémique au Brésil, rapporte la presse locale. Un couple a choisi de se vêtir lundi en Aladdin et Jasmine, le couple du dessin animé de Disney. Pour parfaire l’imitation, ils ont déguisé leur enfant adoptif noir en Abu, le singe et mascotte du personnage de fiction.

Publiées sur Facebook, les photos du trio - désormais effacées du compte du père - ont scandalisé les internautes brésiliens qui ont crié au racisme.

 

« “Maintenant, tout est racisme”, a déclaré un gars à propos d’une photo où un garçon noir est habillé en singe Abu du dessin animé Aladdin », proteste Brenda sur Twitter.

 

« Ils griment le garçon en Abu puis viennent dire que ce n’est pas du racisme, “C’est le Carnaval” ! Cette image me fait mal ! Des fous », ajoute Viviane.

 

Le comédien Fernando Bustamante, déguisé en Aladdin et père du petit garçon grimé en Abu, s’est défendu sur Facebook. « Jamais je n’aurais imaginé que des déguisements de carnaval auraient de telles répercussions (…) Je suis un artiste de théâtre, je crois depuis toujours à la diversité et l’égalité entre les personnes. Je me bats pour ces valeurs et je les applique dans ma vie personnelle et professionnelle. Je voudrais présenter mes excuses à ceux qui ont été offensés par notre imagination. Nous n’avons jamais voulu ça. Nous sommes une famille très heureuse et je me sens chaque jour plus en vie depuis que je la partage avec mon fils. (…) Beaucoup peuvent voir dans la photo postée hier un singe, mais je vois le meilleur ami d’Aladdin. Sans préjugés et avec beaucoup, beaucoup d’amour. »

 

Amigos de facebook… jamais imaginava tamanha repercussão diante das fantasias escolhidas para o Carnaval ontem. Peço…

Posté par Fernando Bustamante sur lundi 8 février 2016

Mots-clés :