La figurine a été présentée à l'occasion de la 67e foire du jouet organisée à Nuremberg.
La figurine a été présentée à l'occasion de la 67e foire du jouet organisée à Nuremberg. - DANIEL KARMANN / DPA / AFP

Il aura fallu attendre 84 ans, depuis la première édition de jouets Lego, pour que la firme danoise commercialise une figurine représentant une personne en fauteuil roulant. Elle était exposée au salon du jouet, organisé à Nuremberg, révélait mercredi le site du Guardian.


Le personnage fait partie d’une collection intitulée City et figure aux côtés d’un chien d’aveugle, d’un vendeur de glaces ou encore d’une personne âgée. Loin d’être anecdotique, la commercialisation de la figurine est un véritable pas en avant en matière d’égalité. A plusieurs reprises, la marque a été critiquée pour son manque de diversité.

La décision d’inclure le handicap dans ses représentations est le fruit d’un intense lobbying fédéré autour de la campagne #ToyLikeMe (« Un jouet à mon image »). La pétition dédiée, mise en ligne sur le site Change.org, a recueilli plus de 20.000 signatures.

La co-fondatrice de la campagne, Rebecca Atkinson, écrivait en Décembre dans le Guardian : « Lego continue d’exclure les 150 millions d’enfants handicapés à travers le monde en refusant de les représenter dans ses collections. Il ne s’agit pas seulement d’une affaire de ventes, ou d’accessibilité, il s’agit aussi de changer les perceptions culturelles ».

Refusant, dans un premier temps, d’inclure des personnages handicapés dans ses packs, la marque a finalement écouté les appels des associations. Les organisateurs de #ToyLikeMe ont réagi immédiatement après l’annonce de ces nouveaux produits : « Nous sommes submergés de joie… Lego vient juste de secouer notre monde de briques ».

Mots-clés :