Page Wikipédia du ministère de l'Intérieur.
Page Wikipédia du ministère de l'Intérieur. - Wikipédia

Wikipédia ne supporte plus les trolls du ministère de l’Intérieur. L’encyclopédie en ligne a interdit pendant un an l’accès à une adresse IP appartenenant au ministère, rapporte le Canard Enchaîné, le 13 janvier 2016. Les personnes utilisant cette adresse ne pourront donc plus modifier les pages du site en 2016. Les motifs précis de cette interdiction ? « Attitude non collaborative », « passage en force », et « foutage de gueule », assure l'hebdomadaire.

« Cette sanction exemplaire est réservée aux internautes qui abusent du Web pour transformer des articles sans motifs valables ou qui confondent forum de discussion et bagarre de cour de récré », écrit l’hebdomadaire, qui cite quelques exemples.

« Sale batar » sur l’une des pages de l’encyclopédie

Le 21 août, l’un des employés du ministère aurait été épinglé pour avoir écrit « sale batar » sur l’une des pages de l’encyclopédie. Le 9 décembre, le ministère aurait fait l’objet d’un signalement pour « vandalisme répété ». « Veuillez cesser immédiatement toute dégradation de Wikipédia. Au prochain acte de vandalisme, vous serez interdits en écriture », aurait envoyé en guise d’avertissement l’encyclopédie.

En 2013, Beauvau avait déjà été épinglé pour avoir tenté à six reprises, en l’espace d’une demi-heure, de modifier la fiche du préfet de police de l’époque, Bernard Boucault, pour effacer les traces de ses démêlés avec les opposants au mariage pour tous.

Mots-clés :