Un singe a fait ses propres autoportraits, après avoir emprunté l'appareil photo de David Slater. Parc national, île de Sulawesi,Indonésie.
Un singe a fait ses propres autoportraits, après avoir emprunté l'appareil photo de David Slater. Parc national, île de Sulawesi,Indonésie. - WILD MONKEY / DAVID SLATER / CATERS NEWS / SIPA

Pas de copyright pour les singes. Un juge fédéral d’un tribunal de San Francisco a estimé que Naruto, le macaque qui a pris des selfies avec l’appareil du photographe David Slater en 2 011 en Indonésie, ne pouvait en être le propriétaire, rapporte le Telegraph ce jeudi.

Ce jugement fait suite à la plainte déposée en septembre dernier par la célèbre association de protection des animaux, Peta (People for the Ethical Treatment of Animals), connue pour ses coups d’éclats notamment dans la lutte contre les vêtements en fourrure, et qui comptait ainsi obtenir le droit de gérer les revenus dérivés des photos prises par le macaque.

« Des actions délibérées et volontaires »

Les clichés incriminés ont été pris en 2011 sur l’île indonésienne de Sulawesi avec l’appareil de David Slater, un spécialiste des images de nature. Il a par la suite publié un livre de photo contenant deux selfies pris par Naruto. Le photographe, qui a par la suite publié un livre de photos incluant les deux selfies du macaque, arguait en être propriétaire et s’est plaint que leur large diffusion sur Internet l’avait indûment privé de revenus.

Selon Peta, Naruto devait en être désigné propriétaire, dans la mesure où il a pris ces selfies via « des actions délibérées et volontaires, sans l’aide de Slater ». Les avocats de David Slater ont à l’inverse argué qu’il en est le propriétaire, dans la mesure où c’est lui qui a « construit une relation amicale et de confiance » avec le groupe de macaques pendant plusieurs jours, et choisi la position et les réglages de l’appareil installé sur le trépied qu’il a mis en place dans la réserve naturelle.

Peta va poursuivre la bataille judiciaire

Dans son jugement, le juge William Orrick a indiqué que « Si le Congrès et le président [Barack Obama] ont étendu aux animaux la protection de la loi applicable aux humains, il n’y a aucune indication qu’ils l’aient fait en matière de la loi sur le droit d’auteur », le Copyright Act.

Après l’audience, l’avocat de Peta, Jeff Kerr, a indiqué que l’association allait continuer à se battre pour les droits de Naruto. « Malgré cette déconvenue, l’histoire judiciaire est en marche : nous avons aujourd’hui pu présenter devant une cour fédérale les raisons pour lesquelles Naruto devrait être propriétaire de ces photos plutôt que d’être envisagé comme une propriété », a-t-il martelé.

Mots-clés :