Les marcheurs ont suivi l'exorciste jusque devant le siège du journal, ce dimanche.
Les marcheurs ont suivi l'exorciste jusque devant le siège du journal, ce dimanche. - Czarek Sokolowski/AP/SIPA

Ce n’est pas une blague. En Pologne, un prêtre accompagné par une cinquantaine de proches du parti au pouvoir, baptisé Droit et Justice (PiS), a cherché ce dimanche à « exorciser » le principal quotidien du pays, Gazeta Wyborcza.

L’homme d’église a récité une prière d’exorcisme devant le siège ultramoderne du journal à l’issue d’une marche organisée pour dénoncer ce que ses animateurs considèrent comme « des mensonges des médias ».

Accueillis par une pluie de tracts défendant la liberté d’expression

La plupart des médias polonais, tant publics que privés, sont très critiques à l’égard du parti de Jaroslaw Kaczynski, au pouvoir depuis un mois, et le quotidien visé par cette action adopte à son égard un ton particulièrement sévère, tout en se gardant de verser dans l’anticléricalisme, note l’Agence France Presse.

Arrivés avec une icône de la Vierge Marie et une banderole annonçant une « Croisade du rosaire pour la Patrie », les marcheurs ont été accueillis par une pluie de tracts sur lesquels figuraient des dessins humoristiques défendant la liberté d’expression.

La création du journal : une concession arrachée aux communistes

Sur le bâtiment, flottait un drapeau rectangulaire proclamant « Constitution sans censure », dans une allusion au conflit en cours entre Droit et Justice et le Tribunal constitutionnel.

Le journal Gazeta Wyborcza, dirigé par l’ancien dissident Adam Michnik, est considéré comme un symbole historique de la liberté d’expression en Pologne. Sa création avait été l’une des concessions majeures arrachées au pouvoir communiste par le syndicat Solidarité en 1989.

Mots-clés :